Comité Coopération Transfrontalière  : "Ce dont nous avons besoin, c’est de plus de coopération, d’entraide, en un mot, de plus d’Europe ”

Publié le
dim, 26/04/2020 - 16:00
Particulièrement investie sur les questions transfrontalières, notamment pour le transfert de patients vers l’Allemagne et la Suisse, Brigitte Klinkert a participé jeudi 23 avril à la deuxième réunion du Comité de Coopération Transfrontalière,  une instance déterminante pour l’amitié franco-allemande initiée par le traité d’Aix-la-Chapelle le 22 janvier 2019.    

 Organisé en visio-conférence dans le contexte exceptionnel de la crise sanitaire du Coronavirus et placé  sous l'égide de la Secrétaire d'Etat chargée des affaires européennes, Amélie de Montchalin, et du Ministre adjoint chargé des affaires européennes de la République Fédérale d'Allemagne, Michael Roth,  ce deuxième Comité de Coopération Transfrontalière avait pour seul mot d’ordre : renforcer encore la coopération transfrontalière à l’heure du COVID-19 et aller ensemble vers “plus d’Europe”. 

  Brigitte Klinkert a ainsi abordé entre autres points : l’assouplissement des formalités exigées lors des contrôles ; la coordination des contrôles en tandems franco-allemands depoliciers et la réouverture progressive, mais rapide, des points depassages ; la reprise des transports en commun transfrontaliers ; la levée concertée du confinement en Allemagne et en France ; l’égalité de traitement des travailleurs frontaliers et donc la levée de l’interdiction de faire ses achats pour les travailleurs frontaliers, qui est “ une discrimination inacceptable”, selon Brigitte Klinkert .  

  • Entraide et solidarité sans frontière 

Au cours des échanges, Brigitte Klinkert a tenu à rappeler et saluer l’engagement des régions voisines pour leur entraide et leur solidarité.  La Présidente a encore échangé jeudi matin, par téléphone, avec Thomas Strobl, le ministre de l'Intérieur du Bade-Wurtemberg, soulignant l’ambition commune des deux pays d’avancer main dans la main lors des prochaines semaines. “Nous ne sommes pas seulement des partenaires, nous sommes avant tout des amis, des amis qui s’entraident”, a-t-elle rappelé, ponctuant l’importante solidarité qui a permis, dans le département le plus touché de France, “d’éviter le pire grâce aux transferts de patients vers l’Allemagne”. Des aides précieuses, venues d’Allemagne, mais aussi de Suisse et du Luxembourg, pour lesquelles les partenaires ont été dûment remerciés. 

  • La nécessité de fluidifier à nouveau les passages de frontières 

Mais pour entretenir cette solidarité européenne, et surtout, la perpétuer, il s’agit désormais avant tout de réfléchir à la fluidification des passages de frontière, que la Présidente a appelé de ses voeux “rapidement et avant le 4 mai”, date à laquelle devraient être levés les contrôles outre-Rhin.  L’objectif étant dorénavant d’éviter les embouteillages et les détours parfois très longs, et par la-même de faciliter les allées et venues des flux de marchandises, mais aussi et surtout des travailleurs transfrontaliers, des élèves, des étudiants, des familles et des couples. Étant entendu que les gestes barrières s’imposent depart et d’autre du Rhin. 

  • Vers un schéma de coopération sanitaire avec la Collectivité européenne d’Alsace   

Le Comité de Coopération Transfrontalière a également échangé sur le volet sanitaire de la crise du COVID-19. Il reviendra à la Collectivité européenne d’Alsace la mise en place d’un schéma decoopération sanitaire pour le Rhin supérieur. Les partenaires se sont  ainsi  accordés sur l'impérieux besoin de renforcer leur gestion commune de la crise, et de continuer, ensemble, cette coopération aussi précieuse que capitale dans le Bassin rhénan. Des thématiques qui ne manqueront en outre pas d’être abordées également avec les partenaires Suisses.