Achèvement des travaux de la LGV Rhin-Rhône, la réaction de Brigitte Klinkert : « ne perdons plus de temps ! »

Publié le
mar, 21/05/2019 - 19:00
La Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin exprime toute sa satisfaction à l’annonce d’Elisabeth Borne, Ministre des Transports, qui a décidé de réexaminer l’achèvement de la Branche Est de la LGV Rhin-Rhône avant 2028. Depuis le lancement du projet, le Conseil départemental du Haut-Rhin défend et milite en faveur de la continuité de cette ligne à travers la mise à grande vitesse du tronçon de 35 km situé entre Petit-Croix et Lutterbach. Lire ici la suite.

L’achèvement de la Branche Est de la LGV Rhin-Rhône est une juste décision au regard du financement apporté par le Haut-Rhin mais aussi par les agglomérations de Mulhouse et Colmar qui ont pleinement participé à la réalisation de la LGV Est Paris-Strasbourg ; la mise à grande vitesse de la LGV Rhin-Rhône sur toute sa longueur étant l’une des conditions de cet engagement solidaire entre toutes les Collectivités alsaciennes.

Il s’agit également d’une juste décision compte tenu des efforts très importants déjà consentis : 80 M€ en acquisitions foncières, études techniques, procédures administratives…

Ces travaux, s’ils sont confirmés, placeront Mulhouse et plus largement le Haut-Rhin au cœur d’une étoile ferroviaire à grande vitesse qui connectera et rapprochera l’Alsace des grandes zones économiques européennes que sont le nord de la Suisse, l’axe Rhin - Mer du Nord, Paris, Londres et, au sud, Lyon, Milan et Barcelone.

Ils représentent aussi un potentiel de développement important pour l’EuroAirport avec la perspective de son raccordement ferroviaire au réseau à grande vitesse.

L’achèvement de cette ligne est un signe très positif envoyé à nos voisins européens immédiats, à l’heure où se déploie la Collectivité Européenne d’Alsace et la stratégie OR-Oberrhein/Rhin Supérieur, tournées vers des intérêts transfrontaliers communs.

A l’échelle plus locale, elle répond également à des enjeux de développement durable et de qualité de services aux voyageurs. Elle constituera un véritable corridor de transport écologique et dans le même temps libérera la voie historique du Sundgau des passages quotidiens de TGV. Avec pour conséquences une optimisation de l’offre TER.

Au regard de tous ses enjeux et perspectives, Brigitte Klinkert sera particulièrement attentive à ce que l’engagement du Gouvernement soit tenu et à ce que les travaux de cette deuxième phase démarrent au plus vite. Trop de temps a déjà été perdu.