Brigitte Klinkert accueille le Préfet du Haut-Rhin Laurent Touvet en Séance Plénière

Publié le
ven, 03/07/2020 - 14:45
A l'occasion de la Séance Plénière, Brigitte klinkert avait invité Laurent Touvet, Préfet du Haut-Rhin, qui a présenté le rapport d'activité des services de l'Etat dans le Département en 2019. Le Préfet et la Présidente du conseil départemental ont salué la coopération fluide, efficace, et les échanges très précieux entre le Département et la Préfecture. Il a rappelé l'engagement sans faille de Brigitte Klinkert dans l'évacuation des malades du COVID au sein des hôpitaux suisses et allemands et pour la protection et le soutien aux Haut-Rhinois les plus touchés. Lire le discours de Brigitte Klinkert ci-dessous.

Monsieur le Préfet du Haut-Rhin,

Madame et Messieurs les Sous-Préfets,

Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents et Conseillers départementaux du Haut-Rhin, chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

J'ai grand plaisir à vous accueillir dans notre assemblée, Monsieur le Préfet du Haut-Rhin, ainsi que Madame et Messieurs les Sous-Préfets, afin de pouvoir prendre connaissance du "rapport d'activité des services de l'Etat dans le département" que vous allez nous présenter dans quelques instants.

Avant de vous céder la parole, Monsieur le Préfet,

Je tiens à vous en exprimer toute ma reconnaissance, ainsi que celle de mes collègues. Si dans le Haut-Rhin, l'Etat et le Conseil départemental ont appris à marcher main dans la main, nous le devons beaucoup à l'esprit de franche collaboration et aux rapports de confiance mutuelle que nous avons réussi à construire entre nous, au fil des dernières années. Je vous en remercie très chaleureusement.

La dramatique crise sanitaire que nous venons de traverser - et de surmonter, je l'espère - a démontré avec beaucoup de force, l'importance cruciale, et en l'occurrence même vitale, d'une collaboration exemplaire entre tous les acteurs publics agissant au niveau local.

Je crois même pouvoir dire, Monsieur le Préfet, que cette lutte contre l'épidémie que nous avons menée tous ensemble, a une nouvelle fois mis en exergue les atouts de l'échelon départemental, tout particulièrement quand l'action publique doit s'inscrire dans un contexte de crise.

Car c'est lui qui apporte la preuve de sa pertinence et de sa cohérence quand il faut faire face à l'urgence. Car c'est lui qui permet d'agir avec efficacité, dans la proximité, pour toujours plus de solidarité.

Le Conseil départemental a, pour sa part, su prendre toutes ses responsabilités, d'abord pour accompagner nos concitoyens tout au long de cette terrible épidémie, puis pour soutenir l'indispensable relance de l'activité.

Nous nous sommes ainsi engagés de façon déterminée aux côtés des entreprises à travers notre participation au Fonds Résistance (1,52 M€), mais aussi grâce à la création de deux Fonds alsaciens d'urgence, l'un en faveur des associations (2 M€), l'autre au bénéfice du secteur du tourisme (4,83 M€). Par ailleurs, nous avons confirmé tous les projets d'investissements prévus dans les territoires, et ce, à hauteur de 120 M€. Certains d'entre eux ont même été accélérés.

Ce matin encore, nous avons voté l'octroi d'une prime exceptionnelle de 1 500 € aux personnels des établissements sociaux et médico-sociaux relevant de nos champs de compétence, soit près de 4 000 agents.

Nous avons aussi décidé d'abonder notre politique de développement des territoires de 4 M€ supplémentaires.

Plus que jamais, j'exprime donc le souhait que l'échelon départemental puisse sortir renforcé des prochaines réformes portant sur le développement de la décentralisation et de la déconcentration. Ce serait incontestablement dans l'intérêt partagé de l'Etat et de ses territoires.

Par ailleurs, nous devons impérativement tirer les enseignements de l'épidémie de Covid-19 qui a démontré, hélas de façon dramatique, l'éloignement de l'échelon régional quand il s'agit de prendre en compte les préoccupations quotidiennes de nos concitoyens.

L'attribution de la compétence "santé" à la Collectivité européenne d'Alsace est indispensable pour favoriser une gestion plus proche, plus pragmatique et plus efficiente, dans l'hypothèse d'une nouvelle crise sanitaire.

Nous travaillons d'ores et déjà, en concertation étroite avec nos voisins allemands et suisses, à l'élaboration d'un schéma de coopération sanitaire et médico-sociale qui démontrera très vite son utilité au quotidien pour nos concitoyens.

La crise Covid a également révélé l'inadéquation flagrante aux réalités locales, d'une gestion des frontières assurée à PARIS et à BERLIN. Ici, en Alsace, la frontière, ce n'est pas une barrière qu'on abaisse au gré des circonstances. Ici, ce sont des ponts que des milliers de citoyens doivent emprunter chaque jour, notamment pour des raisons professionnelles. Ici, c'est l'Europe du quotidien que nous vivons et partageons, celle des citoyens et des entreprises.

Je vous propose, Monsieur le Préfet, de passer à l'objet principal de votre présence parmi nous, à savoir la présentation du rapport d'activités des services de l'Etat. Elle sera suivie d'un moment d'échange avec les élus départementaux.

A cet égard, permettez-moi d'ores et déjà, de partager avec vous, quelques premières réflexions. Elles concernent bien entendu le dossier Fessenheim, un dossier pour lequel je connais votre engagement.

Le 2ème réacteur s'est arrêté le 30 juin dernier, ce qui signifie désormais l’arrêt définitif de la Centrale de Fessenheim.

Il y a un an, quasiment jour pour jour, en ce même lieu, je vous interpellais sur ce même sujet. Car l'un des plus grands défis de notre Département et de la future Collectivité européenne d’Alsace, est de réussir le processus de reconversion de Fessenheim.

Un certain nombre d’avancées sont certes à saluer et en particulier les avancées du projet de liaison ferroviaire Colmar/Freiburg avec la signature le 30 juin dernier de la convention de cofinancement des études pré-opérationnelles.

Notre ambition est de faire de ce territoire, un modèle de "reconversion économique, écologique et solidaire", selon les paroles prononcées par le Président de la République, le 14 juin dernier.

Nous comptons fortement sur l’Etat, Monsieur le Préfet, à la fois financièrement et aussi dans l’accompagnement de projets d’implantations industrielles sur ce territoire.

Le projet de liaison ferroviaire Colmar/Freiburg a valeur de symbole pour créer les conditions de réussite de ce territoire dans une approche environnementale et transfrontalière.

Je vous remercie par avance des éléments de réponse que vous voudrez bien nous apporter sur ce dossier, et c'est avec grand plaisir que je vous cède à présent la parole.