Budget Primitif 2020 : le discours de Brigitte Klinkert

Publié le
ven, 13/12/2019 - 10:45
"Nous avons une nouvelle fois respecté le pacte financier conclu avec nos concitoyens. Et c'est bien parce que notre Collectivité est forte et saine, que nous avons pu mener à bien la renaissance institutionnelle de l'Alsace." Lire ci-dessous l'intégralité du discours de Brigitte Klinkert.

Chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis aujourd'hui pour une séance publique particulièrement importante pour notre assemblée et pour notre collectivité.

Importante d'un point de vue symbolique, bien évidemment, puisqu'il s'agit d'une séance consacrée au vote du dernier budget primitif du Conseil départemental du Haut-Rhin. Je n'y reviendrai pas. Ceci a déjà été dit et redit, notamment lors de notre débat d'orientations budgétaires. 

Je tiens seulement à insister une nouvelle fois sur la très grande fierté qui est la mienne, qui est la nôtre, de travailler, d'agir, de défendre, de servir notre collectivité départementale. Et c'est bien parce que notre collectivité est forte et saine, que nous avons pu mener à bien la renaissance institutionnelle de l'Alsace.

Importante, cette séance l'est aussi et surtout, d'un point de vue politique, chers collègues, car il s'agit à travers l'adoption du budget 2020, de nous donner pour cette année décisive à bien des égards, les moyens d'exercer TOUTES nos compétences et de mettre en œuvre TOUTES nos décisions. J'y reviendrai dans quelques instants.

Avant cela, permettez-moi d'honorer solennellement, en votre nom et celui de tous les Haut-Rhinois, la mémoire des victimes de l'attentat meurtrier survenu il y a un an, au marché de Noël de STRASBOURG, et de nous associer à la douleur de leurs proches, ainsi qu'à celle des personnes qui ont eu à souffrir - et qui souffrent encore - de cet acte odieux et abject qui a traumatisé toute l'Alsace.

Je tiens à rappeler avec la plus grande fermeté, comme l'a fait notre 1er Vice-Président Rémy WITH en introduction de la séance publique de vendredi dernier - et je l'en remercie -, notre indéfectible détermination à combattre toute expression d'intolérance et toute manifestation de haine. De ce 11 décembre 2018, nous nous rappelons la douleur, mais aussi la solidarité.

Je tiens aussi à rappeler avec autant de force, notre profond engagement à agir de façon préventive, par l'éducation, par la solidarité, par l'éveil à la citoyenneté et par la transmission de la mémoire, contre toute tentation de remettre en cause les principes républicains auxquels nous sommes tous si viscéralement attachés.

A cet égard, j'ai été très peinée, voire choquée, de lire dans certains médias, au sujet des profanations perpétrées au cimetière de WESTHOFFEN, que les Alsaciens pouvaient avoir - je cite - "leur part de responsabilité dans la survivance de certains vieux démons".

De tels écrits traduisent - au mieux - une méconnaissance coupable de ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes, et de ce que nous avons enduré au cours de l'Histoire. Histoire que nous avons toujours regardée en face, n'en déplaise à certains.

Face à ces suppositions nauséabondes, il nous faut plus que jamais, quelles que soient nos opinions et quelles que soient nos convictions, revendiquer fièrement l'esprit de concorde et de tolérance que l'Alsace a reçue en héritage de son passé humaniste. Et demain, veiller ensemble, avec tous nos collègues bas-rhinois, à ce que la Collectivité Européenne d'Alsace porte fièrement ces valeurs et contribue à les transmettre aux générations futures.

De cette nouvelle collectivité alsacienne, parlons-en justement.

Par son entrée en fonction dès le 1er janvier 2021, elle a forcément influencé, voire même inspiré, les travaux préparatoires de notre budget pour l'an prochain. Une évolution institutionnelle de cette importance doit en effet être anticipée.

Mais loin d'appréhender 2020 comme une simple année de transition ou de préparation, nous avons voulu l'envisager comme une véritable année de préfiguration de la future collectivité.

C'est pourquoi, nous présentons ce budget aujourd'hui en étant animés par le même état d'esprit que celui qui va nous accompagner vers la Collectivité Européenne d'Alsace, c'est à dire avec beaucoup de confiance et avec beaucoup d'enthousiasme.

Confiance et enthousiasme, tout d'abord, parce que nous avons une nouvelle fois respecté le pacte financier que nous avons conclu avec nos concitoyens.

Cela veut dire que, malgré la baisse des dotations de l'Etat qui a fortement marqué notre mandature, et malgré un contexte économique et social toujours contraint :

  • Il n'y a pas d'augmentation d'impôts. Nous parvenons à maintenir la fiscalité au niveau le plus faible, à égalité avec le Bas-Rhin, de tous les Départements du Grand Est, et parmi les dix taux les plus bas de toute la France.
     
  • Nous parvenons également à maîtriser nos charges courantes de fonctionnement grâce à des organisations et à des procédures qui s'inscrivent dans des démarches de progrès et qui génèrent ainsi d'importantes économies.
     
  • Nous parvenons aussi à réduire la dette de façon continue depuis 5 ans, tout en renforçant notre niveau d'autofinancement qui est passé de 47M€ en 2017 à près de 81M€ en 2020.
     
  • Nous parvenons, enfin et surtout, à faire progresser nos investissements, garantissant ainsi le financement de projets structurants dans tous les territoires. Le montant de ces investissements sera en 2020 au minimum de 120 M€, soit une progression de plus de 46 M€ par rapport à 2015 et de 8 M€ par rapport à l'an dernier.  

Oui, le pacte budgétaire conclu avec les Haut-Rhinois a été tenu. Et ce, grâce à un modèle de gestion qui nous rassemble parce qu'il nous ressemble, et que je qualifie volontiers de modèle de gestion "à l'alsacienne", car il est fait à la fois,

  • D'un besoin de rigueur et de réalisme,
     
  • D'un souci d'excellence et de pragmatisme,
     
  • D'une envie de progrès et de dynamisme.

Un modèle de gestion qui nous permettra de faire face à l'avenir, malgré les nombreuses contraintes liées à des décisions budgétaires ou fiscales prises à l'échelle nationale.

Confiance et enthousiasme, ensuite, parce que nous avons réussi à dégager les moyens nécessaires pour continuer à garantir l'attractivité de tous nos territoires, ainsi qu'un service public de grande proximité et de haute efficacité pour tous les Haut-Rhinois.

1. L'emploi reste ainsi notre première priorité.

  • Je veux d'abord parler de l'emploi par l'insertion, notamment à travers des mesures innovantes qui ne cessent de prouver leur efficacité. Il y a bien-sûr les dispositifs "RSA et bénévolat", "RSA et vendanges", "RSA et juste droit". Mais il y a aussi toutes ces démarches d'accompagnement que nous assurons auprès des allocataires et qui permettent de favoriser leur rencontre avec les chefs d'entreprise. On aboutit ainsi à une baisse de près de 9% du nombre d'allocataires et à une réduction de la dépense liée à l'allocation de 2,8% en moyenne depuis 2016. L'an prochain, nous continuerons à consacrer à l'insertion presque 110 M€.
     
  • Mais il faut aussi évoquer notre action pour l'emploi à travers l'impact positif de l'ensemble de nos politiques sur l'économie haut-rhinoise. Cet impact s'est chiffré en 2018 à 640 M€ et a permis de soutenir plus de 10 000 emplois. 

2. La solidarité constitue également, et tout naturellement, l'un de nos domaines d'intervention prioritaire et privilégié.

  • Solidarité avec la petite enfance dont j'ai tenu absolument à ce que la protection soit l'une de nos priorités. Ainsi, le BP 2020 affiche une augmentation sensible des moyens qui lui sont consacrés (+ 3,3 M€). Elle est notamment destinée à nous permettre de faire face à l'augmentation sans précédent du nombre d'enfants suivis ou confiés, et de revaloriser le traitement des assistants familiaux.

Je souhaite également, après en avoir échangé avec le Secrétaire d'Etat Adrien TAQUET, que nous soyons candidats à l'expérimentation lancée dans le cadre de la Stratégie Nationale de Prévention et de Protection de l'Enfance. Nous serons ainsi en mesure de valoriser certaines de nos politiques et actions innovantes.

  • Solidarité avec nos aînés et avec les personnes en situation de handicap dont nous tenons impérativement à améliorer la prise en compte et la prise en charge par notre société. D'où par exemple, cette enveloppe exceptionnelle de près de 2 M€ qui sera dédiée à la rénovation des EHPAD en 2020. Ou encore cette aide de 700 000 € consacrée au maintien à domicile des personnes âgées.

3. Nous sommes aussi mobilisés plus que jamais en faveur de nos jeunes. Je rappelle que notre stratégie de réussite éducative a été engagée dès 2017 et que nous lui consacrerons au total 500 M€.

Rien qu'en 2020, plus de 60 M€ seront mobilisés pour que notre jeunesse puisse encore mieux s'épanouir. A ce stade, je ne citerai que quatre exemples d'actions emblématiques qui seront menées l'année prochaine :

  • 23 M€ pour les travaux de réhabilitation dans les établissements. Et lancement des études pour la construction des nouveaux collèges de KEMBS et de MULHOUSE qui ouvriront respectivement en 2024 et en 2025.
     
  • 1,3 M€ pour le remplacement de 1 200 ordinateurs, de 500 écrans et de 300 vidéoprojecteurs.
     
  • 1,7 M€ pour l'enseignement du dialecte et de l'allemand. Je rappelle qu'il s'agit là d'un enjeu majeur pour offrir à nos jeunes, toutes les chances d'une insertion professionnelle réussie.
     
  • 2,4 M€ pour la promotion des actions sportives, dont le lancement d'un appel à projets contre les discriminations dans le sport.

4. Parlons à présent de nos territoires. Nous sommes pleinement mobilisés afin de jouer notre rôle essentiel d'acteur de proximité et d'accompagnateur de projets structurants.

 

Voilà quelques chiffres particulièrement révélateurs de notre détermination à cet égard :

  • 9 M€ seront répartis entre nos quatre territoires de vie au titre de notre nouvelle politique de développement territorial en faveur des projets structurants des communes et intercommunalités.
     
  • 1,7 M€ pour le Fonds de Solidarité Territoriale qui permet de soutenir à l'échelle de nos cantons, des projets de grande proximité et donc, de grande utilité.
     
  • Près de 4,5 M€ pour l'attractivité et le tourisme dans le cadre de la Stratégie Interdépartementale de Développement Touristique qui préfigure la collaboration des deux Départements alsaciens dans le cadre de la CeA. Ainsi, par exemple, l'Alsace sera de nouveau présente au Salon de l'Agriculture dès l'année prochaine, à travers un stand et des animations spécifiques.
     
  • 9 M€ pour le Plan Patrimoine 68 qui permettra de soutenir les associations, collectivités et particuliers contribuant à la préservation des sites, monuments et édifices qui entretiennent la mémoire de nos territoires.
     
  • 520 000 € pour la poursuite du déploiement du Très Haut Débit.
     
  • J'y ajouterai bien entendu notre engagement extrêmement fort et volontariste pour la réussite de l'après-Fessenheim, dont je rappelle qu'il s'élèvera au total à 56 M€. Concernant l'une des composantes essentielles de ce projet, c'est à dire la liaison ferroviaire COLMAR-FREIBURG, nous avons eu récemment une très bonne nouvelle, à savoir l'accord du Bund sur le cofinancement des études.

5. Notre engagement pour la sécurité, droit fondamental pour nos concitoyens, s'inscrit lui aussi à la hausse :

  • Sécurité routière, tout d'abord, grâce aux 52,6M€ que nous consacrerons aux investissements destinés à améliorer le réseau, soit une augmentation de 1,6 M€ par rapport au BP 2019 et surtout de 23 M€ par rapport à 2018. Je tiens aussi à évoquer nos projets en matière de mobilité durable, avec notamment la poursuite des études et des travaux sur de nombreux itinéraires cyclables, pour un montant total de 1,2 M€.
  • Sécurité civile, également, à travers l'augmentation de 1,2% pendant les trois prochaines années de la contribution départementale au SDIS. Cet effort s'inscrit dans un contexte de hausse absolument intolérable et insupportable des incivilités et violences commises à l'encontre de nos soldats du feu. Permettez-moi de profiter de cet instant pour leur adresser, en notre nom à toutes et à tous, un chaleureux message de soutien et de reconnaissance pour leur engagement sans faille et sans faillir.

6. Enfin, dernier sujet de préoccupation, mais ô combien majeur et prioritaire à nos yeux, chers collègues, car il constitue un enjeu fondamental pour les générations futures : je veux parler du développement durable.

Nous lui consacrerons en 2020 près de 21 M€. Ce montant important permettra de conforter les actions de notre collectivité en faveur de la protection de l'environnement, de la préservation de nos ressources en eau, de la défense de la filière agricole et de la transition énergétique.

Dans le Haut-Rhin, nous avons compris depuis longtemps que ce sont les initiatives au plus près du terrain qui permettent la prise en compte d'enjeux aussi fondamentaux que ceux du développement durable.

J'ai demandé à ce que nous soyons plus que jamais à la pointe de ce combat qui touche à mille aspects de nos vies quotidiennes. Dans le prolongement de notre emblématique opération "ça turbine", nous travaillons sur une feuille de route de projets concrets et sur une "COP trinationale" qui leur servirait de caisse de résonance.

En tout état de cause, nous restons portés par une ambition forte à laquelle je tiens tout particulièrement, celle d'être un territoire à énergie positive d'ici 2030.

Confiance et enthousiasme, enfin, parce que le modèle de gestion vertueux, dynamique et innovant que j'ai exposé tout à l'heure, et qui nous permet de poursuivre des objectifs ambitieux, tout en préservant les finances et le contribuable, pourra être transposé à la future Collectivité Européenne d'Alsace.

Vous le savez, chers collègues, nous y travaillons tous les jours, avec beaucoup d'énergie et avec l'appui indispensable de nos services.

Lors du dernier Comité de pilotage politique qui s'est tenu le 30 novembre dernier à STRASBOURG, nous avons abouti avec nos collègues bas-rhinois à de très larges convergences sur la grande majorité des politiques départementales abordées, ainsi que sur les grandes lignes de la stratégie financière de la future collectivité alsacienne.

Nous sommes sur le chemin qui nous conduit vers un véritable service public "à l'alsacienne".

Ceci est possible grâce à votre engagement de tous les instants, chers collègues, et je tiens à en remercier très chaleureusement chacune et chacun d'entre vous. Ceci est aussi possible grâce à l'engagement de nos collaborateurs que j'ai eu grand plaisir à rencontrer lors des six réunions d'information organisées dans les territoires durant les deux dernières semaines.

Oui, la Collectivité Européenne d'Alsace se construit progressivement et sereinement, dans un esprit permanent de collaboration et de concertation entre les différents acteurs.

Elle se construit aussi avec un sens aigu de nos responsabilités, parce que nous voulons absolument être à la hauteur du "mandat" qui nous a été confié par les Alsaciennes et les Alsaciens, mais aussi à la hauteur de leurs attentes, voire de leurs espoirs.

Nos partenaires frontaliers comptent aussi beaucoup sur nous. J'en ai la confirmation lors de chacune de mes rencontres avec nos interlocuteurs allemands et suisses. En dernier lieu vendredi dernier, à BERLIN, où j'ai eu l'honneur de promouvoir notre territoire dans le cadre de l'après-Fessenheim.

Nous le savons, la dimension transfrontalière de la Collectivité Européenne d'Alsace sera l'un de ses enjeux fondamentaux, et en même temps, l'une de ses plus belles vocations.

En tous les cas, c'est l'une de celles qui nous a le plus motivé à nous engager sur ce beau chemin vers la Collectivité Européenne d'Alsace. Notre "Stratégie OR" en est d'ores et déjà une illustration remarquable et emblématique.

Je suis extrêmement heureuse et fière de pouvoir parcourir ce chemin jusqu'à son terme en votre compagnie, chers collègues, avec toute votre confiance, celle de nos collaborateurs, ainsi que celle de toutes les Alsaciennes et de tous les Alsaciens.