le week-end du 21et 22 mars, les premiers malades ont été accueillis dans le Bade-Wurtemberg.

Publié le
dim, 22/03/2020 - 19:15
Face à l’urgence sanitaire du Coronavirus, le Bade-Würtemberg et les cantons suisses de Bâle-Ville, Bâle-Campagne et du Jura ont ouvert 21 lits hospitaliers pour désengorger les hôpitaux de Mulhouse et de Colmar. Brigitte Klinkert exprime toute sa reconnaissance aux autorités allemandes et suisses.

La Région du Rhin Supérieur est plus que jamais solidaire pour faire face à la crise sanitaire.

La région allemande du Bade-Würtemberg a ainsi ouvert 15 lits en service de réanimation pour accueillir des patients français qui sont atteints du Covid-19 et qui ont besoin d'une assistance respiratoire. Trois cantons du Nord de la Suisse vont également en accueillir six. Voir en pièce jointe la dépêche AFP.

Depuis le samedi 21 mars, une coordination des autorités françaises et allemandes a permis d’opérer aux premiers transferts : 1 patient qui était en réanimation à Mulhouse a été accueilli par la Uniklinik de Freiburg ; 5 autres patients qui étaient pris en charge par à Colmar et à Strasbourg sont déplacés ce dimanche dans le Bade-Würtemberg dont 3 vers le Klinikum de Karlsruhe. Au total, une dizaine de transfert devraient être opérés vers l’Allemagne ce week-end.

Ce dispositif de 21 lits de réanimation ouverts dans les hôpitaux du Bade-Würtemberg et dans les 3 cantons du Nord de la Suisse permet d’anticiper et de compléter notamment les 30 lits supplémentaires de l’Hôpital militaire actuellement installé à proximité immédiate de l’Hôpital de Mulhouse.

Brigitte Klinkert souhaite exprimer toute sa reconnaissance aux autorités allemandes et suisses, en soulignant tout particulièrement l’accueil professionnel et chaleureux des chefs de service hospitaliers qui regrettaient aussi de ne pas pouvoir accueillir, du moins dans l’immédiat, plus de patients alsaciens, puisque le Covid-19 s’étend malheureusement aussi dans le Bade-Wurtemberg et le Nord de la Suisse.

Après 8 premiers jours de confinement, le Département reste plus que jamais mobilisé pour faire face à la phase épidémique la plus virulente.

Avec la mise en œuvre le lundi 16 mars du Plan de Continuité de l’Activité, le Conseil départemental a adapté son organisation pour poursuivre ses missions prioritaires, afin de protéger les personnes les plus vulnérables dont il a la charge et dans le même temps protéger ses personnels.

Depuis le début de la crise, il y a 3 semaines maintenant, une cellule quotidienne est mobilisée en relation directe avec les services de l’Etat.

Aux côtés des pouvoirs publics, l’urgence absolue est de continuer à freiner l’épidémie pour limiter au maximum la pression sur les services de prise en charge des malades dans les hôpitaux.

Cette bataille est menée à travers un formidable élan d’entraide et de solidarité entre tous les secteurs, institutions publiques comme partenaires privés.

Ces derniers jours, une attention toute particulière a été portée aux Maison d’Enfants à Caractère Social. Brigitte Klinkert est ainsi intervenue auprès d’Adrien Taquet, le Secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance, afin de trouver des solutions pour remplacer les personnels absents. On relève 30 % d’absentéisme en moyenne dans les établissements. Comme pour les soignants, il faut que les enfants de ces personnels puissent être accueillis dans les structures ouvertes à cet effet. L’idée est aussi de pouvoir mobiliser d’autres professionnels du secteur parmi les personnels du Conseil départemental, des étudiants ou des salariés d’autres établissements qui ont fermé leurs portes. A la suite de ces sollicitations, le Secrétaire d’Etat devrait annoncer en ce début de semaine des mesures spécifiques pour les personnels qui travaillent dans les Maison d’Enfants à Caractère Social ; mesures qui pourraient être étendues à d’autres professionnels du secteur comme les aides éducatives en milieu ouvert, les aides éducatives à domicile et les clubs de prévention, les professionnels de l’aide sociale à l’enfance et de la Prévention Maternelle et Infantile.

Dans ce contexte de grande urgence sanitaire, le soutien du Département aux services de santé, aux EHPAD et aux Services d’Aide à Domicile demeure une nécessité impérieuse :

  • Le besoin en masques, blouses, gants et gel hydro-alcoolique. Le Département continue à activer ses réseaux - entreprises et collectivités - pour que les stocks soit remis à l’ARS qui centralise les besoins. Une boite email a été ouverte à cet effet : masquesars68@ars.sante.fr
  • La suppléance des personnels soignants. Le taux d’absentéisme est très élevé dans les établissements d’accueil des personnes âgées et les Services d’Aide à Domicile, au-delà de 40 % sur certain site. Un appel a été lancé à la mobilisation de tous les personnels de santé pour renforcer le secteur de la santé et le médico-social, y compris les personnels en retraite depuis moins de 5 ans. Les personnels doivent se faire connaître auprès de l’ARS (adresse email dédiée). 400 professionnels de santé volontaires ont d’ores et déjà répondu présents. Les étudiants sont également mobilisés. A la demande de l’ARS, le Département répertorie la liste de ses professionnels de santé mobilisables (médecins, infirmières). Près de 15 infirmières du Conseil départemental qui travaillent dans les PMI et auprès des personnes âgées ont été repérées et pourraient être mobilisées dans les EHPAD.
  • L’accompagnement des familles et des aidants. Un appui est également apporté aux établissements pour organiser le soutien psychologiques des familles et des aidants qui sont légitimement inquiets pour leurs proches. 
  • L’accueil des enfants des personnels soignants. 102 points d’accueil des enfants des personnels soignants sont réouverts en semaine dans le Haut-Rhin dont 6 collèges.
  • L’aide alimentaire d’urgence pour les personnes les plus démunies. Les services départementaux sont en relation quotidienne avec les CCAS pour faire face aux aides alimentaires urgentes et grandissantes. Les structures qui avaient fermé leurs portes  s’organisent à nouveau avec leurs bénévoles. Le paiement des prestations individuelles pour les personnes les plus démunies est poursuivi. Le déblocage est assuré en urgence au besoin.
  • Les personnes en situation de handicap. La MDPH a mis en place une ligne téléphonique spécifique pour les personnes en situation de handicap. Des places d’hébergement temporaire ont été identifiées pour faire face à des situations difficiles à domicile.
  • Les visites à domicile. Une équipe départementale expérimentée reste mobilisée dans le territoire au quotidien pour répondre aux besoins des plus fragiles. Une réponse téléphonique est faite à chaque appel ou lorsque c’est indispensable, une visite à domicile ou un RDV sont organisés (Personnes âgées, femmes enceintes ou familles).
  • Les assistants maternels. Une ligne téléphonique leur est dédiée. Les questions qui concernent leur relation employé/employeur sont remontées au plus haut niveau de l’Etat pour arrêter une position commune à tous les assistants maternels.

Pour mener de front la crise sanitaire et la crise économique

  • Le secteur économique et les acteurs du tourisme. Le Département a mobilisé l’ADIRA comme interlocuteur de référence des entreprises pour apporter toutes les informations utiles sur les dispositifs d’aide mis en place au niveau de l’Etat et à l’échelon régional.

L’agence Alsace Destination Tourisme est également mobilisée pour apporter de premières réponses aux acteurs du secteur. Ses équipes engagent également le travail de sortie de crise pour anticiper les campagnes d’attractivité.

Le Département du Haut-Rhin a proposé que des mesures exceptionnelles soient mises en place par la SODIV. La SODIV est un outil particulièrement souple et réactif. Elle pourrait mettre en place de suite un fonds d’amorçage de l’ordre de 2,5 M€ qui permettrait d’attribuer une cinquantaine de prêts à des entreprises alsaciennes en 2020

En complément de ce fonds d’amorçage de la SODIV, le Département étudie le déblocage d’aides exceptionnelles :

  • un fonds de 5 M€ d’aides remboursables sous forme de prêts relais pourraient venir compléter les aides régionales,
  • l’échelonnement de la perception de la taxe additionnelle de séjour perçue par le Département,
  • des conventions de revitalisation par territoire avec l’intervention de la SODIV pour soutenir les entreprises avec des prêts remboursables sans garanties,
  • la mobilisation d’ALSABAIL dont les principaux actionnaires sont les deux départements alsaciens avec pour mission principale de réaliser des opérations de crédit-bail immobilier en aide aux entreprises en difficulté ou pour suspendre le remboursement de certaines opérations de crédit-bail opérées avec des entreprises du secteur du tourisme,
  • L’aide aux bailleurs sociaux qui rencontreraient des difficultés.
  • Le Département accompagnera aussi le secteur associatif car c’est un soutien majeur à l’activité économique et à l’emploi. Un premier état des lieux a déjà été fait avec des acteurs des secteurs culturel et événementiel. Les versements de subventions seront assurés par exemple dans le cas où des festivals ou des manifestations sont annulées.  Les aides seront basées sur les dépenses déjà engagées par les associations. Les versements seront évalués au cas par cas avec pragmatisme.