Discours de la Présidente lors de la séance plénière du 22 juin consacrée au Compte Administratif 2017 et à la présentation du rapport d'activités

Publié le
ven, 22/06/2018 - 17:30
"Nous avons un seul objectif : avoir la capacité d’agir, pour être les plus efficaces possibles au service de nos concitoyens" a souligné Brigitte Klinkert dans son discours d’ouverture.

Chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis cet après-midi pour adopter notre compte administratif 2017, ainsi que notre première décision modificative pour l'année 2018.

D'autres décisions importantes sont également inscrites à l'ordre du jour de cette séance.

Avant cela, je tiens à souhaiter en votre nom, une très chaleureuse bienvenue à nos remplaçantes et remplaçants qui nous font le grand plaisir de leur présence aujourd'hui.

En ce qui concerne les deux rapports budgétaires, ils sont la preuve que nous prenons à bras le corps TOUTES nos responsabilités et que nous le faisons plutôt bien, comme l'illustre également le rapport d'activités 2017 qui est mis à votre disposition.

Je peux vous assurer que nous continuerons à le faire. En ménageant le contribuable, en réduisant notre dette, en diminuant nos charges courantes, en stimulant l'emploi, en accompagnant nos partenaires tant publics qu'associatifs, et en assurant un excellent niveau de service public.

Je ne pense pas que nous ayons besoin d'être incités à la bonne gestion des deniers publics, par des processus plus ou moins "volontaires" qui constituent en réalité, autant d'atteintes portées au principe constitutionnel de libre-administration des collectivités locales.

Je ne pense pas non plus qu’il soit dans notre intérêt d'adhérer à la prétendue "contractualisation" proposée par l'Etat. Celle-ci s'apparente, en fait, à une véritable remise sous tutelle de nos collectivités. C’est d’ailleurs le sentiment d’un grand nombre de Départements qui se sont exprimés ce mercredi à l’Assemblée Générale de l’ADF.

Dans une République dite "décentralisée", un vrai contrat entre l'Etat et les collectivités locales devrait porter sur des projets et sur des perspectives d'avenir partagées. Un tel contrat devrait s'avérer gagnant pour les DEUX signataires.

Ce ne sont pas nos collectivités qui éprouvent du mal à maîtriser les dépenses publiques, comme l'a encore constaté récemment la Cour des Comptes. Ce ne sont pas elles non plus, qui votent des budgets en profond déséquilibre. En revanche, ce sont bien elles qui se voient imposer des dépenses que l'Etat ne veut, ou ne peut plus assurer.

En tant qu'élus alsaciens, nous avons certes beaucoup d'ambition pour nos territoires et pour nos concitoyens.

Mais notre conception audacieuse de l'intérêt général saura toujours s'adapter aux circonstances, et surtout à nos moyens.

Je crois que nous le démontrons avec force à travers ce compte administratif et cette DM1qui vous seront présentés dans quelques instants par la Présidente de la Commission des Finances.

Notre sens des responsabilités ne pourra jamais être remis en cause : Nous avons désendetté le Haut-Rhin de 100 M€ durant les dernières années. Nous présentons le plus faible ratio de nombre d'agents par habitant de tous les départements français. Nous figurons parmi les 10 Départements qui ont le taux de fiscalité le plus faible. Les seules dépenses que nous ne maîtrisons pas, sont celles que l’Etat nous imposent.

Dans ce dossier, comme dans celui de l'Alsace - qui, vous le savez, devrait évoluer de façon décisive dans les prochaines semaines - nous avons un seul et unique objectif : Avoir la capacité à agir, pour être les plus efficaces possibles au service de nos concitoyens.

Pour préparer l'avenir, comme nous le faisons de manière pilote et leader sur l'après-FESSENHEIM, ou encore sur la liaison ferroviaire COLMAR-FREIBURG. Mais aussi, pour rester le premier acteur des solidarités et le premier partenaire des territoires et de leurs habitants.

Le rapport qui instaure un fonds de secours exceptionnel en faveur des communes sinistrées au cours des dernières semaines, s'inscrit précisément dans ce double objectif de solidarité et de proximité.

En abondant ce fonds de secours exceptionnel de 2,1M€, un montant inédit, notre collectivité marque sa volonté de soutenir les territoires concernés pour la prise en charge des premiers travaux d'urgence, notamment en vue de la remise en état des routes et des infrastructures communales.

Nous voulons aussi accompagner ces communes dans la réalisation d'aménagements destinés à la prévention, comme par exemple, des bassins de rétention ou d'écrêtement des eaux pluviales.

Par l’ensemble des sujets nous montrons que nous sommes responsables et en place, là où nous sommes attendus, et là où nous devons être.

Nous montrons que nous savons innover dans le service public, faire des économies par l’efficacité, comme dans notre politique du RSA, validée il y a quelques jours par le Conseil d’Etat, cher Eric.

Nous améliorons notre façon de faire, tout en facilitant le parcours de vie de nos concitoyens. C’est une fierté collective que nous pouvons et que nous devons porter, tous ensemble, élus et collaborateurs du Conseil départemental du Haut-Rhin. Je vous remercie.