"Ensemble, zusammen", pour l'Alsace, pour la France, pour l'Europe - Le Discours de Brigitte Klinkert, Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin

Publié le
ven, 17/05/2019 - 20:00
Mesdames et Messieurs, C’est avec beaucoup de plaisir et d’émotion, qu’avec l’ensemble de mes collègues conseillers départementaux, nous vous accueillons ce soir, ici chez vous, à l’Hôtel du Département à Colmar. Auch herzlich willkommen an unseren Freunden aus Deutschland und der Schweiz. Wir freuen uns ganz besonders auf Ihre Anwesenheit heute Abend. Nous avons voulu donner à notre traditionnelle soirée des vœux aux Maires et à nos partenaires une nouvelle temporalité et une nouvelle tonalité. Une soirée de mise en valeur de nos territoires, de nos terroirs et de leur dimension européenne. « Je suis Européen parce que je suis Alsacien » « Ich bin Europäer, weil ich Elsässer bin ». Cette déclaration forte de Pierre PFLIMLIN, grand Alsacien, français et européen, maire de Strasbourg, capitale européenne et siège du parlement européen que nous soutenons tous, prend chaque jour un peu plus de sens dans la perspective de mise en oeuvre de la Collectivité européenne d'Alsace. La suite ici...

...En effet, si pour beaucoup l’Europe est une affaire étrangère, pour nous Haut-Rhinois et Alsaciens, elle est une affaire familière. Nous la vivons et nous la construisons au quotidien avec nos voisins et amis allemands et suisses. L’Europe nous la connaissons mieux que quiconque. Nous avons connu dans notre chair le prix du manque d’Europe, nous connaissons aujourd’hui dans nos cœurs la chaleur de plus d’Europe.

Hier in der Rheinregion teilen wir einen säkularen Humanismus und ein konkretes Europa des Alltages.

Comme l’a écrit Sylvain TESSON, « je crois à la perfusion de la géographie sur nos âmes ». Oui la géographie a perfusé nos âmes de Français alsaciens, d’un idéal rhénan et européen puissant.

L’Europe a une Histoire, elle a un destin, elle a une âme. Mais l’Europe a aussi un cœur et je crois pouvoir dire que le cœur de l’Europe, c’est ici dans le Rhin supérieur qu’il bat et je crois pouvoir dire aussi que le cœur de l’Alsace bat pour l’Europe. Nous avons, ensemble, la responsabilité et la chance d’être le laboratoire de l’Europe de demain, une Europe palpable, facile, concrète, humaine.

ENSEMBLE, ZUSAMMEN.

Cela vaut autant à l’échelle européenne. Car nous devons être ensemble pour une Europe de paix, toujours plus concrète et proche des citoyens. Mais cela vaut aussi à l’échelle locale. Ici, sur nos territoires. Elus, entreprises, associations, citoyens… nous devons faire équipe, être ensemble, aussi bien pour répondre aux besoins du quotidien que pour construire ensemble les solutions aux défis de demain.

Au fond, la future Collectivité Européenne d’Alsace fait bien la synthèse de ces différents enjeux. Une collectivité assez grande pour porter des politiques innovantes et stratégiques, pour fédérer autour de grands objectifs communs mais assise sur un territoire humain et cohérent pour agir en proximité, au quotidien, au plus près des citoyens et des partenaires.

Cette Collectivité Européenne d’Alsace, avec Frédéric BIERRY et l’ensemble de nos collègues, nous ne l’avons pas voulue pour nous, les élus. Nous l’avons voulue parce que nous avons constaté que les premiers à souffrir de la disparition de l’Alsace c’étaient les Alsaciens, les acteurs culturels, sportifs, associatifs, les entrepreneurs…

Der Weg ist das Pionierprojekt der Rückkehr zu einem politischen und institutionellen Elsass. Unser Ziel ist es, ein grenzüberschreitendes und europäisches Gebiet zu errichten.

Nous, élus locaux, nous ne pouvons pas tout, mais notre mission première est de faire en sorte que les territoires dont nous avons la charge soient des atouts pour leurs habitants, leur offrent des opportunités, des raisons de s’épanouir et des chances de réussir. Avec la Collectivité Européenne d’Alsace nous voulons offrir une vitrine, un piédestal à l’ensemble des formidables talents et des magnifiques énergies que nous rencontrons au quotidien sur le terrain. L’Alsace doit être l’atout et l’alliée de l’ensemble de ses territoires, du Sundgau à l’Outre-Forêt.

Et je veux en profiter pour remercier l’association EPICES, l’ensemble des producteurs et viticulteurs locaux qui nous présentent leurs merveilleux produits alsaciens mais aussi allemands et suisses ce soir, ainsi que les élèves du Collège Victor Hugo de Colmar qui nous interpréteront l’Hymne européen dans quelques instants.

Danke an den Jungen, die die europäische Hymne in wenigen Minuten singen werden.

Après son passage au Sénat, le projet de loi sur l’Alsace sera examiné par l’Assemblée nationale au mois de juin. Nous partageons tous un haut niveau d’exigence. Un haut niveau d’exigence pour l’efficacité de l’action que nous menons et un haut niveau d’exigence pour la proximité, pour l’ancrage de toute politique sur le terrain, dans le concret. Un haut niveau d’exigence pour construire ce projet avec les citoyens, en transversalité.

3/7Mais ce haut niveau d’exigence ne doit pas nous aveugler. Il ne doit pas nous empêcher, sans se satisfaire ou se reposer sur les lauriers, d’apprécier les choses à leur juste valeur. Il y a encore 2 ans l’Alsace était un souvenir, dans moins de 2 ans elle sera une réalité. Qui aurait imaginé il y a encore un an que nous parlerions aujourd’hui d’une loi faisant de l’Alsace un territoire inédit et pionnier au sein de la République ? ayant enfin la capacité de pleinement s’épanouir dans l’espace rhénan ?

L’Alsace est de retour et elle est de retour par la grande porte. Avec cette loi l’Alsace rejoint le club très fermé des collectivités territoriales métropolitaines faisant l’objet d’une loi spécifique et dédiée. En effet, après Paris, Lyon, Marseille et la Corse, nous sommes seulement le 5ème territoire métropolitain français à qui l’Etat consacre une loi. Et par cette loi, pour la première fois, la République reconnaît à l’Alsace des spécificités historiques, géographiques, culturelles justifiant qu’elle ait des compétences particulières et spécifiques.

Et je peux vous le dire dans la France entière nous sommes regardés avec envie et intérêt. Les Bretons et les Corses eux même ont écrit au Gouvernement pour obtenir la même reconnaissance de leurs identités.

N’oublions pas non plus que si nous sommes forts aujourd’hui c’est grâce à l’union inédite et indéfectible qui unit élus du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Oui, l’union fait la force de l’Alsace.

Alors oui il reste beaucoup de travail.

Oui comme le bon vin notre projet se bonifiera avec le temps.

Mais ne boudons pas notre plaisir de voir l’Alsace renaître. Une Alsace rayonnante, ouverte et forte avec des compétences inédites : le leadership sur le transfrontalier, le bilinguisme, les routes, le tourisme, la culture et le patrimoine alsacien et rhénan… L’Alsace retrouve la maîtrise de son destin au service des Alsaciens, de la France et de l’Europe.

Le projet alsacien sera d’autant plus fort qu’il s’inscrit dans le contexte du Traité d’Aix-la-Chapelle qui permettra d’aller encore plus loin dans nos coopérations et la construction d’un véritable espace de vie, d’emploi et d’entreprenariat transfrontalier.

Mais ne nous y trompons pas. Nous ne retenons pas notre souffle jusqu’au 1er janvier 2021. Nous sommes à la tâche, chaque jour. Chaque seconde. De par ses compétences, et grâce à l’engagement et le professionnalisme de ses équipes, à qui je veux rendre hommage, le conseil départemental est sur le pont 7j/7, 24h/24, 365 jours par an.

Sur le plan alsacien avec la stratégie interdépartementale de tourisme, avec la stratégie transfrontalière partagée OR – Oberrhein – Rhin supérieur, avec l’ADT, avec l’ADIRA, avec Archéologie Alsace nous faisons déjà l’Alsace au quotidien.

Unser Willen ist, dass die grenzüberschreitende Arbeit das Herz und die Wirbelsäule unseres Projektes für das Elsaß ist. Die Oberrhein Strategie ist der erste Schritt zum Aufbau der Collectivité Européenne d’Alsace, die am 1. Januar 2021 gegründet wird.

Nous commençons aussi à mettre en œuvre nos ambitions sur le bilinguisme. Ce lundi à Neuf-Brisach je me suis rendue au pôle bilingue avec la Rectrice afin d’annoncer que le Conseil départemental du Haut-Rhin financerait le recrutement d’un locuteur germanophone afin d’assurer les activités immersives en complément de l’enseignement de l’Education nationale. C’est une préfiguration des accords de Matignon et de la future Collectivité Européenne d’Alsace.

Sur le plan départemental nous poursuivons notre politique audacieuse de solidarité, d’insertion et de retour à l’emploi. Cette politique innovante, reconnue nationalement et qui intéresse une dizaine d’autres Départements, notamment sur le RSA Vendanges et le RSA bénévolat. Chaque année, ce sont 2 500 allocataires du rSa qui retrouvent un emploi et 4 à 5 millions d’euros sont ainsi économisés annuellement. C’est de l’économie par l’efficacité et le pragmatisme.

Nous avons intensifié notre Plan pour la Réussite Educative de Tous – PRET ! afin d’être encore davantage aux côtés de nos jeunes. C’est 500 M€ sur 10 ans qui seront consacrés à nos jeunes. Nous travaillons également sur la prévention de la radicalisation, la promotion du dialogue interreligieux, du respect de l’autre, de la tolérance et de l’engagement citoyen.

Nous travaillons sur le numérique au service de la citoyenneté, de l’emploi, du bilinguisme. En effet, nous voulons être une collectivité d’innovation dans la proximité. D’innovation pour faciliter.

Nous avons remis en place une politique territoriale, avec 4 territoires de vie et des animateurs, et lancé une grande démarche de territorialisation de nos politiques, à commencer par celle du patrimoine, avec le nouveau Plan Patrimoine 68 pour lequel nous mobilisons depuis cette année 9 M€. Nous le faisons car nous souhaitons être au plus près de vos communes, vous aider au maximum, faciliter au maximum les contacts et les démarches. Nous souhaitons vous accompagner face à vos difficultés, comme au moment des inondations où nous avons débloqué plus d’un million d’euros pour parer à l’urgence et anticiper de prochains dégâts. Mais aussi vous accompagner pour construire l’avenir et permettre à chaque territoire de livrer tout son potentiel.

De Mulhouse à Sainte-Marie aux Mines, de Guebwiller à Altkirch, de Colmar à Masevaux, de Saint-Louis à Thann… dans les villes, comme dans les campagnes, nous avons à cœur d’être les partenaires et de faire équipe avec l’ensemble des territoires du Haut-Rhin sans exception.

Et c’est pourquoi, avec l’ensemble des conseillers départementaux, nous lancerons à partir du mois de septembre un nouveau concept de démocratie locale et participative pour venir à la rencontre des citoyens et des élus locaux dans l’ensemble des 17 cantons du Département.

Nous travaillons aussi sur l’autonomie et la précarité énergétique. Nous accompagnons les Haut-Rhinois à tous les âges dans leurs parcours de vie. Par ces aides nous permettons le maintien à domicile, le dynamisme des territoires. De même, en 2018, nous avons réalisé 450 M€ de dépenses qui ont contribué directement à soutenir 8 525 emplois ; 72 % de cette dépense ont bénéficié à des entreprises alsaciennes.

Et tout cela nous le faisons en continuant à nous désendetter (-150 millions d’euros depuis 2015). Sans augmenter les impôts. Nous sommes toujours dans les 10 taux les plus faibles de France sur 104 départements.

Nous sommes rigoureux. Nous sommes responsables. Nous sommes Alsaciens.

Les défis et les projets pour notre territoire sont nombreux et grands. Construire l’après-Fessenheim, avec une transition économique et écologique à la hauteur. La liaison ferroviaire Colmar-Freiburg qui a connu une accélération exceptionnelle, le raccordement ferroviaire de l’EuroAirport. Accompagner toujours mieux la dépendance, les aidants. Redonner souffle à la notion de citoyenneté.

Der Zukunftsprozess Fessenheim, bietet für die Achse Freiburg-Colmar’ fantastische Perspektiven. Der Aachener Vertrag nennt ausdrücklich die Kooperationsarbeit beider Staaten und den Wiederaufbau der Bahnlinie zwischen Colmar und Freiburg. Die Dynamik der Region muss uns ermutigen: es ist nicht alles einfach, aber wir kennen den Weg.

Pour tout projet, pour tout défi, le plus important au final ce ne sont pas les obstacles, les difficultés. Le plus important c’est la volonté. Et je vous le dis sans hésiter, vous pouvez compter plus que jamais sur la volonté de l’ensemble des élus et agents du conseil départemental. Mais plus que la volonté encore, le plus important est de savoir sur qui l’on peut compter, avec qui l’on peut agir.

Et je vais vous confier un secret, je crois être l’une des Présidentes de Départements la plus heureuse de France. Car ma chance et mon bonheur c’est de travailler au quotidien avec la formidable équipe des conseillers départementaux qui m’entoure, c’est de travailler avec des femmes et des hommes comme vous. C’est de m’engager au quotidien sur un territoire qui fourmille d’idées et d’énergies, de richesses humaines inépuisables, d’initiatives, de solidarité, de fraternité.

ENSEMBLE, ZUSAMMEN.

Dire qu’ensemble nous sommes plus forts peut paraître naïf, mais je crois justement que dans le monde qui est le nôtre nous avons besoin de pouvoir rappeler les fondamentaux, l’essentiel. Etre capable à nouveau de faire communauté et société, autour de valeurs et de projets communs.

Alors ce soir, j’aimerais vous dire à toutes et tous quelque chose de très simple : MERCI ! Merci du fond du cœur pour votre présence, merci pour les projets et actions que nous menons en commun, merci pour ce que vous apportez à nos concitoyens et nos territoires.

Deswegen will ich mit einem einfachen Wort diese Rede beenden: Danke. Danke für Ihre Anwesenheit und Ihr Engagement für die Gestaltung unserer Zukunft.

Vous voyez tout autour de cette salle des portraits inspirants, des portraits de grands européens. A nous, à notre échelle, de continuer leurs œuvres et leurs combats. Mais je connais vos parcours, vos engagements. Et chacune et chacun de vous, présents ce soir, êtes également des sources d’espoir et d’inspiration. A nous, élus départementaux, d’amplifier et relayer les exemples inspirants des territoires et structures que vous représentez.

Je me permettrai de finir en adaptant une parole forte de Simone VEIL, l’une des figures puissantes dont la mémoire accompagne notre rassemblement d’aujourd’hui.

« Nous ne sommes pas de ceux et celles qui redoutent l’avenir ! »

Vive le Haut-Rhin, vive l’Alsace, vive la France et vive l’Europe !

Es lebe Europa !

Télécharger le discours complet ici :