Le Département du Haut-Rhin implante des "mâts fusibles" pour la sécurité des motards et des automobilistes

Publié le
jeu, 05/09/2019 - 15:15
Le Conseil départemental du Haut-Rhin place la sécurité des usagers parmi leurs premières priorités. C’est dans cette idée que depuis 2017 des mâts fusibles pour panneaux directionnels, appelés également supports à sécurité passive, sont installés sur les axes prioritaires du réseau routier afin de diminuer les risques d’accidents corporels lors des sorties de route.

 

Un dispositif plus sûr pour les automobilistes et les motards en cas de sortie de route

Ces supports remplacent les anciens dispositifs soutenant les panneaux directionnels. Désormais, en cas de choc, le mât se pliera ou cèdera en fonction de la vitesse. Cette signalisation est également construite de sorte à se disloquer après un impact. Ces panneaux ne constituent donc plus un obstacle dangereux susceptible d’aggraver les conséquences d’un accident en cas de sortie de route.

La mise en place de ces dispositifs s’inscrit dans une action de sécurisation plus large visant à la disparition des obstacles latéraux situés à moins de quatre mètres du bord de la chaussée. Les panneaux de signalisation classiques et les glissières de sécurité entrent dans cette catégorie parce qu’ils peuvent se transformer en obstacles mortels pour les usagers des véhicules au moment d’une sortie de route. Les glissières peuvent donc s’avérer dangereuses, car elles renvoient les véhicules en perdition sur la chaussée pouvant ainsi causer une collision avec d’autres usagers. Elles le sont encore plus pour les usagers à moto qui, après une collision en glissant en-dessous ou par-dessus ces barrières, s’exposent à de graves blessures corporelles.

Désormais, les risques d’accidents graves sont fortement diminués, la probabilité de percuter un mât isolé étant plus faible qu’un linéaire de glissières, notamment pour les motards. Depuis le début de l’année, quatre collisions contre des mâts fusibles ont eu lieu, sans entraîner de blessures pour les conducteurs.

 

Un déploiement total sur le réseau principal d’ici 2020 et un coût maîtrisé

Originaires des pays nordiques, les mâts fusibles ont tout d’abord été expérimentés au carrefour giratoire à l’entrée de Neuf-Brisach. L’emploi des supports de signalisation à sécurité passive a été autorisé par l’arrêté du 9 avril 2015, marquant ainsi la fin des démarches administratives pour les gestionnaires routiers qui souhaitaient les installer. Le Département du Haut-Rhin s’est donc lancé dans l’installation progressive de ces dispositifs le long des routes.

Depuis 2017, ce sont plus de 220 supports à sécurité passive qui ont été disposés sur les 2/3 du réseau routier principal. Le déploiement intégral sur ces axes structurants est prévu d’ici à 2020. Ces dispositifs sont déjà en place, par exemple, sur la RD430 entre Guebwiller et Mulhouse, sur la RD83 entre Colmar et Burnhaupt ou sur la RD415 autour de Colmar. Ils le seront bientôt sur la RD419 entre Ranspach et Altkirch, sur la RD39 entre Ile Napoléon et Chalampé, ou sur la RD466 entre Bernwiller et Aspach. Les nouveaux mâts sont installés lorsque les panneaux existants nécessitent d’être déplacés, et le long des axes très fréquentés. A contrario, les mâts fusibles ne sont pas mis en place lorsque le tube existant fait moins de 90 millimètres de diamètre (par exemple, la signalisation de police), ou bien si le panneau concerné se situe à plus de quatre mètres du bord de la route.

Le déploiement des mâts fusibles est financé avec les budgets de la sécurité routière et de l’entretien des panneaux directionnels, sans apport notable de crédits supplémentaires. Dans le même temps, la signalétique est renouvelée conformément au dernier schéma directeur départemental, permettant d’optimiser le coût d’intervention. Les supports à sécurité passive nécessitent moins d’entretien qu’une signalisation classique généralement couplée à une glissière de sécurité : le fauchage des accotements se fait plus rapidement, limitant les perturbations pour les usagers et préservant la sécurité des agents. La fabrication des panneaux nécessite également moins d’aluminium, et celle des dispositifs de retenue moins d’acier, ce qui a un impact écologique positif. La différence de coût global par rapport à des supports traditionnels nécessitant une isolation est donc d’environ 25 %.

Après une phase d’expérimentation nationale, de nombreux départements déploient des technologies de mâts fusibles similaires afin de préserver la sécurité des usagers sur la route et de limiter la gravité des accidents pour les usagers.

Contact presse : Xavier Stricher (chef d’unité Sécurité Routière) – stricher.x@haut-rhin.fr - 03 89 20 69 43