Nouveau Plan Seniors : les engagements forts du Département du Haut-Rhin en faveur des Seniors

Publié le
lun, 08/04/2019 - 14:45
D’ici 2030, la proportion des personnes de plus de 75 ans dans le Haut-Rhin augmentera de 37 % et le nombre de personnes âgées bénéficiant de l’APA doublera d’ici 2050. Le Conseil départemental du Haut-Rhin, premier acteur de la solidarité et de la cohésion sociale, relève le défi que représente le vieillissement de la population, en allouant des moyens supplémentaires, à travers son nouveau Plan Seniors. Le Département réaffirme ainsi sa politique forte autour de la prévention, le maintien à domicile, le soutien aux aidants, et la qualité des accueils dans les établissements.


 8 M€ d’investissement pour la rénovation des Ehpad

 2 M€ pour l’adaptation du domicile

 570 000 € pour le soutien renforcé aux aidants familiaux

 450 000 € pour baisser le reste à charge des tarifs d’aide à domicile

 2 M€ pour les actions de prévention

LE PLAN SENIORS DETAILLE

  1.  Nouveau Plan Seniors : des engagements forts pour nos aînés
     

    D’ici 2030, la proportion des personnes de plus de 75 ans dans le Haut-Rhin augmentera de 37 %, représentant 90 000 personnes contre 65 000 en 2015. Quant aux personnes âgées dépendantes bénéficiant de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), elles sont actuellement environ 12 000, mais leur nombre devrait quasi doubler d’ici 2050.

    L’allongement de l’espérance de vie, l’évolution des structures familiales, les besoins croissants d’accompagnement des personnes âgées et de leurs aidants sont des réalités qui posent chaque jour avec davantage d’urgence la question du financement de la dépendance, nous obligeant à revoir et à adapter en permanence notre politique sociale.

    Le conseil départemental est le premier acteur de la solidarité et de la cohésion sociale. Une vocation source de grande fierté, mais dont le coût financier ne cesse de croître et qui représente aujourd’hui plus de la moitié du budget de fonctionnement de la Collectivité.

    Ainsi en matière d’aides aux personnes âgées, le Département est compétent pour la création et le financement des maisons de retraite, le versement de l’APA et de l’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH), l’autorisation, le financement et le contrôle des services d’Aide à domicile…

    A ces compétences obligatoires s’ajoute tout un panel de compétences volontaires, tel un soutien important aux associations, aux aidants familiaux, à travers le maintien d’une politique volontariste en faveur des hébergements. Soucieux d’améliorer la qualité de vie des seniors et de mieux répondre à leurs attentes, le Département a décidé d’allouer des moyens supplémentaires pour relever le défi que représente le vieillissement de la population.

  2.  Un plan ambitieux et volontaire

    Permettre à nos aînés de mieux vivre à domicile ou en établissement est l’une des préoccupations majeures du Conseil départemental du Haut-Rhin. Un ambitieux plan pluriannuel doit affirmer davantage encore cette volonté. Il décline trois engagements forts :

    . La prévention, l’inclusion dans la société et la valorisation de la personne

    . La qualité de vie des seniors à domicile par un maintien chez soi facilité et par le soutien aux aidants

    . La qualité de vie des seniors en EHPAD par un accueil digne en établissement

    Le Département n’a voulu ainsi négliger aucun aspect de l’accompagnement des personnes âgées pour l’élaboration du nouveau plan Seniors dont les premiers engagements financiers seront effectifs dès cette année :

    .  8 M€ d’investissement pour les Ehpad,
    .  2 M€ pour l’adaptation du domicile,
    .  570 000 € pour le soutien renforcé aux aidants familiaux,
    .  450 000 € pour baisser le reste à charge des tarifs d’aide à domicile,
    . 2 M€ pour les actions de prévention,
    . 500 000 € supplémentaires injectés dans la masse budgétaire des Ehpad.

    Le plan d’actions dont l’objectif est tout à la fois de valoriser et de renforcer le soutien aux Ehpad ainsi qu’aux multiples initiatives en faveur du soutien à domicile. Il traduit en actes les principales orientations du Schéma de l’Autonomie 2018-2023 récemment adopté.

    Au global, l’ensemble de mesures qui vise à assurer aux personnes âgées une existence digne en leur permettant de rester chez elles le plus longtemps possible si tel est leur souhait, ou au contraire de leur garantir le meilleur accueil dans les structures d’hébergement.

  3.  8 millions d'euros pour les Ehpad

    Malgré les fortes contraintes budgétaires qui se sont imposées à elle, la Collectivité n’a jamais ménagé ses efforts pour maintenir ses aides en faveur des Ehpad.

    Ces efforts financiers se traduisent aujourd’hui par un nombre de lits, au prorata du nombre d’habitants, sensiblement plus élevé que la moyenne nationale (soit 108,8 lits pour mille habitants de 75 ans et plus contre 105,4 au national).

    Dans les années à venir, et dès 2019, ce sont 8 millions d’euros supplémentaires qui vont être consacrés à l’amélioration du cadre bâti des Ehpad.

    9 établissements plus particulièrement sont concernés. Ceux du Foyer du Parc à Munster, de Bellemagny, d’Issenheim, de Sainte-Marie-aux-Mines, de Kaysersberg-Ammerschwihr, de Rouffach, de Guebwiller, de Village-Neuf et d’Ensisheim. A ces projets se rajoutent ceux engagés et financés de Cernay, Dannemarie, Soultz, Orbey et Turckheim.

  4.  Mieux vivre à domicile

    Pouvoir vivre chez soi le plus longtemps possible est le souhait de l’immense majorité des personnes âgées.

    Des aides techniques (barre d’appui, fauteuil releveur, vaisselle adaptée…) peuvent faciliter le quotidien. Installer une douche à l’italienne, un monte-escalier, un WC surélevé, adapter l’éclairage pour éviter les risques de chute… sont autant d’aménagements possibles à réaliser pour rendre son logement plus adapté et plus sécurisant.

    Le Département a souhaité simplifier les démarches d’adaptation du domicile et renforcer ses aides individuelles pour mieux financer les travaux d’accessibilité et l’acquisition de ces équipements.

    Une enveloppe de 2 millions d’euros a été prévue pour les trois prochaines années dont 600 000 euros en 2019 qui se traduiront par des aides financières directes qui réduiront les coûts d’adaptation et d’équipement des appartements.

  5.  Mieux vivre avec son âge

    Manger sain et équilibré, garder le plaisir de manger… pour éviter les problèmes de dénutrition et les carences multiples. Pratiquer une activité physique, qui peut être adaptée à tout âge et au degré de dépendance pour prévenir les chutes (marche nordique pour les seniors actifs et autonomes, gym sur chaise en Ehpad…).

    Stimuler la mémoire ou encore initier nos aînés au numérique pour leur permettre de rester plus facilement en contact avec leur famille sont autant d’actions de prévention qui contribuent à retarder les pertes de capacités et améliorent le bien-être des seniors.

    C’est pourquoi le Département a décidé de doubler dès 2019 le montant des aides en faveur de la prévention de la perte d’autonomie, aussi bien en Ehpad qu’à domicile, afin de diffuser une culture du bien vieillir et favoriser l’organisation d’actions de prévention sur tout le territoire départemental.

    Le Département va rapprocher les maires et les directeurs d’Ehpad afin de les inciter à collaborer à l’occasion des journées citoyennes. C’est à l’ensemble de la société de se saisir de la question du grand âge.

  6.  Aider les aidants

    La famille constitue sans conteste le critère le plus important dans le choix du maintien à domicile. Mais les personnes qui apportent leur aide à un proche dépendant assument un rôle difficile, sont souvent isolées et risquent l’épuisement physique et psychique.

    Pour que le maintien à domicile de la personne âgée puisse se poursuivre et se faire dans les meilleures conditions possibles, l’aidant doit pouvoir se préserver.

    C’est pourquoi, le conseil départemental, parallèlement à ses missions obligatoires, n’a jamais voulu relâcher ses efforts et son engagement financier volontaire en faveur du soutien aux aidants familiaux.

    En renforçant sa politique en faveur des accueils du jour et des hébergements temporaires (450 000 euros d’aides), notre collectivité permet aux aidants de se préserver des moments de repos et de répit.

  7.  Mieux vieillir grâce au numérique

    Logements équipés de capteurs capables de détecter les chutes. Jeux vidéo et logiciels de stimulation cognitifs. Robots qui font danser les seniors dans les maisons de retraite en soutien des animateurs. Les nouvelles technologies sont des vecteurs de sécurité et de convivialité.

    Si leur arrivée suscite parfois questions et interrogations, notamment sur une éventuelle déshumanisation de l’accompagnement, leur apport est sans conteste des plus positifs lorsqu’elles sont mises au service des professionnels.

    Le Département, avec l’ARS, a opté pour le numérique afin de faciliter les échanges entre médecins, infirmières, aides à domicile… qui prennent en soin les personnes à domicile, permettre l’inscription en maison de retraite, numériser les dossiers APA, préparer les sorties d’hospitalisation…

  8.  Des pistes d'amélioration

    Dans le souci d’amélioration des services rendus à nos aînés, le Département a commandité fin 2018 une étude sur la qualité de vie dans les établissements pour personnes âgées. Plus de 300 résidents, répartis sur 62 établissements, ont été entendus et leurs paroles, totalement libres, ont été recueillies. Si l’accueil, l’ambiance, les activités, l’animation ainsi que la qualité des personnels sont appréciés des résidents et reflètent un bon niveau d’accompagnement, la restauration et la disponibilité du personnel sont à améliorer. C’est un point que nous avons relevé et qui est lié aux effectifs insuffisants de personnel dans les établissements.

    Bien que le Département ne soit pas l’employeur direct des personnels des établissements, il a conscience des conditions difficiles dans lesquelles ils sont amenés à travailler. Dès cette année, le Département, avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), va contribuer à renforcer les moyens financiers des établissements en augmentant sa contribution sur la prise en charge de la dépendance.

    Une volonté qui se traduira par une augmentation de la masse budgétaire de
    500 000 € pour les Ehpad, se rajoutant aux 800 000 € de l’ARS, ce qui leur offrira des possibilités de recrutements supplémentaires.

    Concernant les personnels, il importe de préciser que les EHPAD sont aussi confrontés à des difficultés de recrutement. Sur ce point, le Département et les partenaires se sont également engagés à agir pour améliorer l’attractivité des métiers du secteur.