Ouverture des frontières le 15 juin et assouplissement des contrôles : "Il faut avancer plus rapidement"

Publié le
jeu, 14/05/2020 - 11:15

“Ça va dans le bon sens, et de façon coordonnée. On avance, mais on n’avance pas assez rapidement”. Pour Brigitte Klinkert, Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, les annonces de Horst Seehofer ne sont pas suffisantes. Le ministre de l’Intérieur allemand a en effet fait savoir lors d’une conférence de presse tenue à la mi-journée que les contrôles aux frontières allaient perdurer jusqu’au 15 juin des deux côtés du Rhin, mais avec des assouplissements progressifs.

L’expression consacrée est celle des “Stichproben”, en français des “contrôles aléatoires”, au niveau des postes-frontières. C’est ce qui aurait été acté côté allemand après un échange téléphonique avec Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur français. Avec pour objectif une totale liberté de circulation “si le processus d'infection se poursuit aussi favorablement que nous pouvons en faire l'expérience de nos jours (...) et si la discipline au sein de la population, l'hygiène, la protection de la bouche, les règles de distanciation sociale continuent à être respectés (...)”, d’après son homologue allemand.

Plus de raison sanitaire de maintenir les frontières

Pour l’heure, le processus d’infection est stable des deux côtés du Rhin. Les mesures de protection restent bien sûr indispensables, mais “il n’y a plus de raison sanitaire de maintenir les frontières fermées aussi longtemps, le virus circulant moins des deux côtés du Rhin”, réagit Brigitte Klinkert qui rappelle que “nous sommes temporairement placés en zone rouge car la situation dans nos hôpitaux reste tendue mais s’améliore chaque jour”.

Aider à la reprise économique et sociale

En attendant, économiquement et socialement, le bassin rhénan pâtit d'un manque de fluidité depuis la réinstauration de contrôles le 16 mars dernier. “Il y a une forte interdépendance entre l’Alsace et le Bade-Wurtemberg, il faut aider à la reprise”, martèle la Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, “plus on attend, plus ce sera difficile de revenir à la normale”. Depuis le début de la crise sanitaire, et en particulier ces derniers jours, Brigitte Klinkert a multiplié les appels avec plusieurs élus allemands et suisses mais aussi avec les autorités françaises afin d’accélérer la levée des restrictions de part et d’autre de la frontière.

D’où un appel aux gouvernements français et allemand d’avancer sans plus attendre la date de levée des restrictions. “Il en va du dynamisme du bassin rhénan, mais aussi, au sens plus large, de l’avenir de l’Europe”, soutient Brigitte Klinkert, et de conclure : “Ces mesures provisoires ne doivent en aucun cas s’inscrire dans la durée. Je crains que ces quelques semaines de fermeture de la frontière aient détruit beaucoup de choses dans le cœur et l'esprit des gens, c’est le fruit d'un travail précieux de plusieurs années qui est en péril et cela met en danger la construction européenne”. Pour rappel, les frontières entre l’Allemagne et la Belgique, ainsi qu’entre l’Allemagne et les Pays-Bas sont ouvertes, et la situation sanitaire y est, là aussi, sous contrôle.