Veilleurs de châteaux

Partager

Les veilleurs de château lors du lancement officiel du dispositif en juillet 2016 Crédit photo : Jean-Luc Syren
Les veilleurs de châteaux lors du lancement officiel du dispositif en juillet 2016 Crédit photo : Jean-Luc Syren

Le conseil départemental a récemment lancé la démarche expérimentale des veilleurs de châteaux dans le Haut-Rhin. Cette initiative est le fruit d’une réflexion longuement mûrie en partenariat avec de nombreux acteurs du monde culturel local et régional, et en s’appuyant sur l’expérience réussie des veilleurs de châteaux bas-rhinois. 

La démarche expérimentale concerne 5 châteaux sur 3 sites :
- les 3 châteaux d'Eguisheim 
- le Hagueneck 
- le Schrankenfels 

Les veilleurs de châteaux sont des collaborateurs bénévoles, ils ne perçoivent ni indemnités, ni frais de déplacement.
Ils ont pour mission première de signaler toute anomalie sur les châteaux et leurs abords contribuant ainsi à sécuriser les sites.

Votre contact privilégié

Unité patrimoine et mémoire

Olivier MARCK
Chargé de Mission Patrimoine et Mémoire
03 89 30 63 61

 

Jeannine FURSTOSS
Instructeur technique
03 89 30 63 73

Comment devenir veilleur de château ?

Partager

Tout un chacun peut devenir veilleur, aucune connaissance technique pointue n’est nécessaire.

Il faut avant tout vivre le patrimoine de « son » château avec passion, savoir l’observer avec attention et régularité. 

Pour parler le même langage, acquérir le vocabulaire technique et mieux connaître l’architecture militaire médiévale, des temps de « formation » sont programmés avec des intervenants comme le PAIR, les associations castrales régionales, l’architecte du patrimoine du Conseil départemental du Bas-Rhin.

Les châteaux forts

Partager

Les châteaux forts, un patrimoine bien vivant !

Témoins de la vie moyenâgeuse, les châteaux forts exercent un réel pouvoir de fascination et de rêverie. Dans le Haut-Rhin, leur forte concentration s'explique par la présence de plusieurs ordres de chevaliers ou de seigneuries religieuses et surtout par la richesse du sol : granit, calcaire ou encore grès rose des Vosges, matériaux de base utilisés pour leur construction. En ruines depuis la fin du Moyen Age, certaines forteresses sont des destinations prisées des randonneurs, d'autres développent des animations et projets culturels. A ce jour, une quarantaine de sites ont été répertoriés dans le département.

Archéologie Alsace

Partager

Alsace Archéologie
Archéologie Alsace situé à Sélestat

Acteur majeur de l’archéologie en Alsace, Archéologie Alsace, créé par les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, assure une chaîne archéologique complète, de la recherche du terrain à la restauration et conservation des vestiges en passant par les actions de valorisation et de médiation culturelle.

Votre contact privilégié

Archéologie Alsace

11 rue Champollion 67600 Sélestat

Tél : 0390585534

Mail : contact@archeologie.alsace

Lieux de mémoire

Partager

Visuell d'illustration du Champ de bataille du Linge

Le mémorial d’Alsace-Lorraine à Schirmeck, le Centre Européen du Résistant Déporté sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzwiller-Struthof, le Linge… racontent l’histoire mal connue, souvent mal comprise, d’une région ballotée d’un pays à l’autre, les souffrances et la mort de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants.

Hartmannswillerkopf / le Vieil Armand

Partager

La montagne de la mort

« Qui tient les hauts, tient les bas ». En vertu de ce principe incontournable de l’art militaire, le Hartmannswillerkopf (HWK) ne pouvait que devenir l’un des principaux enjeux des combats de la première guerre mondiale. Nul autre sommet vosgien n’a subi d’aussi violents et intenses pilonnages et un bilan humain aussi lourd : 25 000 morts dans les deux camps.

En août 2017, le premier historial franco-allemand ouvrira ses portes sur le site.

Un département en première ligne

Partager

Un département en première ligne - Patrimoine Haut Rhin
Cimetière militaire du Wettstein

Le tracé des frontières a fait de l’Alsace un champ de bataille tout désigné et le théâtre d’opérations militaires de grande ampleur lors des deux derniers conflits mondiaux.

Avec la disparition des derniers Poilus et celle, inéluctable, des derniers acteurs et témoins du second conflit mondial s’efface lentement le souvenir de notre histoire récente.

Restent les nombreuses cicatrices, toujours visibles, et les vestiges concrets pour comprendre et garder la mémoire de ces pages dramatiques.