Plan d’action du Conseil départemental du Haut-Rhin en faveur de l’économie de montagne

Publié le
jeu, 09/07/2020 - 16:15
C’est au cœur du massif vosgien, dans le cadre idyllique de ses plus hauts sommets, sur la rive de l’un de ses plus grands lacs, que le Conseil départemental a convié élus, agriculteurs et journalistes à une conférence de presse mercredi 8 juillet. Une rencontre qui intervient dans un contexte économique qui a des conséquences directes sur l’agriculture de montagne.

I.             Visite du barrage de Kruth-Wildenstein, 8 juillet 2020, 15 heures

 

Cette visite vise à évaluer l’avancée du chantier du barrage, qui est propriété du département. Pour rappel, une fissure importante au milieu du barrage a nécessité une reprise de l’étanchéité amont par l’entreprise italienne CEA et son sous-traitant Gaial pour un montant total de 10,7 millions d’euros.

 

 

II.            Agriculture de montagne, ferme-auberge du Schafert, 8 juillet 2020, 17 heures

 

Le Conseil départemental du Haut-Rhin soutient une logique de développement durable dans la montagne et les vallées vosgiennes. Ce soutien est encore accentué suite à la crise sanitaire, de manière à permettre la pérennité d’une économie locale indispensable au territoire mais aussi d’un  certain nombre d’équipements touristiques.

 

Soutien aux fermes auberges dans le cadre du fonds d’urgence pour le secteur touristique

 

A ce titre, le point presse de 17h mercredi 8 juillet à la ferme-auberge du Schafert sera l’occasion de revenir sur la mise en place du fonds d’urgence du département, à hauteur de 4,832 M€. Il est destiné aux acteurs de la filière touristique, qui ont un besoin urgent de trésorerie pour compenser les pertes ou pour préparer le redémarrage de leurs activités dans des conditions sanitaires adéquates. 

 

Cette aide est notamment destinée aux fermes auberges adhérentes à l’association des fermes auberges du Haut-Rhin, tout comme aux hôtels, aux restaurants, aux débits de boisson, aux campings et parcs résidentiels de loisirs.

 

Un montant forfaitaire de  3 000 euros est versé sous la forme d’une d’aide (pas de remboursement pour le bénéficiaire) pour toutes les fermes auberges qui en font la demande et qui sont adhérentes à l’association des fermes auberges du Haut-Rhin.

 

18 fermes auberges ont déjà déposé un dossier de demande d’aide.

 

Pour les autres établissements, l’éligibilité dépend d’un certain nombre de critères, en particulier de l’importance de la structure (nombre de salariés), mais aussi de la perte de chiffre d’affaires au mois d’avril 2020, par rapport au mois d’avril 2019. 

 

 

A noter que les demandes d’aides devront être déposées au plus tard le 10 juillet 2020, minuit, via l’adresse mail urgencetourisme@haut-rhin.fr

 

Dans un cadre plus général, il sera aussi question des actions communes menées par Alsace Destination Tourisme (ADT) et, entre autres, la Marque Alsace pour aider au rebond économique en lien avec les communes.

 

 

Soutien à l’agriculture de montagne

 

Les montagnes et vallées vosgiennes peuvent compter sur un ensemble de dispositifs d’aides qui bénéficient à l’ensemble du secteur agricole mais aussi plus spécifiquement à l’agriculture de montagne. Le département du Haut-Rhin est un acteur de premier plan de cette transition pour une agriculture durable. Son aide est particulièrement utile dans le contexte économique post-covid-19. Parmi les outils déployés :

 

·       Le GERPLAN (Plan de gestion de l’espace rural et périurbain qui fédère 15 structures intercommunales du Haut-Rhin, soit 345 communes), qui fête cette année ses 20 ans et dont la démarche a pour but de mobiliser les acteurs locaux dans des actions d’amélioration de leur cadre de vie, répondant aux enjeux écologiques, agricoles et paysagers de leur territoire. Le GERPLAN soutient notamment la diversification des exploitations agricoles et la promotion de la vente directe dans le cadre de la Convention massif vosgien. 

·       Le renouvellement, cette année, des engagements MAEC (Mesures agro-environnementales et climatiques).

·       Le retour de l’Alsace – dans le cadre de la Collectivité Européenne d’Alsace - au Salon de l’agriculture 2020 pour promouvoir le secteur et les filières : élevage, production laitière et fromages, …

 

 

Au quotidien, le Conseil départemental améliore la situation des agriculteurs dans le Haut-Rhin grâce à un ensemble de mesures amenées à s’intégrer au sein de la future Collectivité européenne d’Alsace (CeA) :

 

  • Actualisation des données sur le site maferme68, portail cartographique local répertoriant les agriculteurs en vente directe engagés dans une démarche dite de qualité (biologique, « bienvenue à la ferme », etc), promouvant les circuits courts. Le site maferme68 devient en 2020 mafermealsace.
  • Extension des espaces de stockage froid et création d’un atelier de transformation dans l’abattoir départemental de proximité de Cernay. Cet abattoir est indispensable aux filières d’élevage locales.
  • Mise en relation commerciale des producteurs locaux et des responsables de la restauration collective grâce à l’outil ApproAlsace et accompagnement du service de restauration de dix collègues pour augmenter la part de produits locaux et bio, grâce au partenariat avec la Chambre d’Agriculture Alsace.
  • Poursuite de l’effort budgétaire et recherche agronomique visant à consolider les améliorations pastorales (prairies impactées par la sécheresse depuis 2018 jusqu’au premier semestre 2020) pour lutter contre le changement climatique, par exemple par des fourrages plus diversifiés. Le maintien des prairies reste essentiel, par l’ouverture des paysages, à l’attractivité touristique. 
  • Promotion du programme Vélo et Fromages développé par l’ADF, un dispositif qui a pour objectif de découvrir conjointement itinéraires cyclables et richesses fromagères.

 

Cette rencontre a permis de tirer un bilan des actions menées par le Conseil départemental du Haut-Rhin, dans un contexte institutionnel et territorial bientôt élargi. Elle doit également susciter la réflexion des participants sur le soutien à poursuivre et renforcer pour l’agriculture de montagne, dans un contexte économique et touristique encore incertain mais qui révèle aussi toutes les potentialités de développement par le local.