Projet de Territoire de Fessenheim - « Il faut impérativement passer à la vitesse supérieure » - La réaction de Brigitte Klinkert

Publié le
mar, 16/06/2020 - 20:15
A 15 jours de l’arrêt du second réacteur de la centrale, le Bureau Exécutif Fessenheim s’est réuni ce mardi 16 juin, en présence de nombreuses personnalités françaises et allemandes. Brigitte Klinkert, Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, en première ligne sur ce dossier, a rappelé l’impérieuse nécessité de passer désormais à la vitesse supérieure, de passer à des projets concrets. « La crise sanitaire sans précédent que nous venons de traverser, aussi douloureuse soit-elle, ne nous exempte pas de tenir les engagements » a-t-elle déclaré. « Il y a une forte attente des Alsaciens, de nos partenaires allemands. Nous devons nous donner les moyens de faire de ce territoire un modèle de reconversion industrielle et énergétique pour l’Europe de demain. »

Les enjeux en termes de retombées économiques et d’emplois sont fondamentaux, sachons prendre de la hauteur et de la perspective pour travailler à des projets innovants, ambitieux, à forte valeur économique et écologique ». Et la Présidente d’évoquer toutes les potentialités d’une zone aussi porteuse, située à deux pas de la Suisse et de l’Allemagne : partenariats avec les pôles de recherches scientifiques de Freiburg, projets autour des batteries, de l’hydrogène, du solaire photovoltaïque, de la méthanisation… Ces projets s’inscrivent par ailleurs dans la « reconstruction économique, écologique et solidaire » évoquée par le chef de l’Etat Emmanuel Macron, lors de son allocution du dimanche 14 juin.

Des projets concrets qui doivent à présent se fédérer autour d’une structure juridique et financière solide, d’où l’importance de créer au plus vite la Société d’Economie Mixte très attendue, outil opérationnel en charge du pilotage des projets de reconversion du territoire et de l'aménagement des différentes surfaces foncières pour l'accueil des entreprises.

Brigitte Klinkert a rappelé l’enjeu majeur du foncier disponible, qui se doit d’être conséquent pour offrir à la future zone EcoRhena l’espace nécessaire pour répondre aux défis de revitalisation du territoire. « Plus vite nous disposerons de terrains viables, plus vite les entreprises pourront venir s’installer » a-t-elle ajouté.

La Présidente du Conseil départementale du Haut-Rhin s’est réjouie qu’un accord pour le financement des études pré-opérationnelles de la future ligne ferroviaire Colmar-Freiburg ait été trouvé. La convention de financement devrait être enfin signée d’ici fin juin. Un accord qu’elle appelle de ses vœux depuis plusieurs mois. Cet axe ferroviaire, première avancée concrète du projet de territoire, constitue en effet la colonne vertébrale des mobilités, indispensables à la bonne desserte de la future zone d’activités franco-allemande.

Ces avancées, Brigitte Klinkert les portera et les défendra, devant la Mission d’information sur la fermeture de la centrale de l’Assemblée Nationale, où elle sera auditionnée ce jeudi en visio-conférence.

Car si le Département et les Collectivités locales prennent toute leur part dans ce dossier, l’Etat doit aussi se souvenir des engagements qu’il a pris en termes opérationnel et financier.