Plénière du 14/12 : hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg

Publié le
lun, 17/12/2018 - 10:00
En ouverture de la Séance Plénière, à l'initiative de Brigitte Klinkert, les Conseillers départementaux haut-rhinois ont rendu hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg en respectant une minute de silence. Dans son discours, la Présidente a également exprimé son indignation suite à la profanation du cimetière israélite de Herrlisheim dans le Bas-Rhin. Lire l'intégralité du discours de la Présidente ci-dessous.

Chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis aujourd'hui pour examiner et débattre de notre budget primitif pour l'année 2019.

Mais avant cela, je tiens à ce que nous puissions toutes et tous, partager une pensée profonde et attristée pour les victimes de l'attaque perpétrée à STRASBOURG mardi soir, et nous associer à la douleur de leurs proches.

Je tiens aussi à ce que nous exprimions notre entière solidarité avec la Ville de STRASBOURG et l'ensemble de ses habitants, afin de les aider à surmonter ces dramatiques instants, ainsi qu'avec les forces de l'ordre, dont le précieux engagement ne cesse d'être sollicité en cette fin d'année et qui, hier soir, ont su neutraliser l’assaillant après une longue traque.

Je souhaite en particulier rendre hommage aux militaires du 152ème Régiment d'Infanterie de COLMAR qui, dans le cadre de l'opération Sentinelle, ont été directement confrontés à l'assaillant mardi soir, et ont fait preuve, à cette occasion, d'un sang-froid et d'un professionnalisme qui méritent notre respect et notre reconnaissance.

Je vous propose à présent de nous lever et d'observer une minute de silence en mémoire des victimes de cet odieux attentat.

Je vous remercie.

La trêve de Noël a donc été tragiquement rompue sur notre terre d'Alsace, si attachée aux valeurs de paix, de solidarité et de fraternité.

Cet acte, ainsi que celui des profanations de tombes au cimetière israélite de HERRLISHEIM dans le Bas-Rhin, nous laisserons forcément un arrière-goût très amer durant les Fêtes qui se profilent.

Introduction : La nécessité d'un pacte social alsacien

Cet acte démontre une nouvelle fois, hélas de façon meurtrière, l'extrême fragilité des équilibres qui nous régissent. Il doit surtout, plus que jamais, nous conforter, nous, élus départementaux, dans notre volonté de conclure un véritable "pacte social" avec tous nos concitoyens.

Un "pacte" qui agirait en prévention des atteintes susceptibles d'être portées aux valeurs qui représentent les piliers de notre société. Mais aussi un "pacte" qui agirait en réparation des souffrances endurées par les plus vulnérables d'entre nous.

C'est la tradition humaniste de l'Alsace qui nous le dicte. Et c'est notre victorieuse détermination à faire renaître l'Alsace dans le paysage institutionnel français, qui nous permet d'y croire.

Car oui, nous sommes parvenus à satisfaire l'immense besoin d'Alsace exprimé par la très grande majorité de nos concitoyens, par leurs représentants élus, par les acteurs économiques et par le monde associatif.

La future "collectivité européenne d'Alsace" sera forcément humaniste par tradition et solidaire par vocation.

Pour construire cette Alsace de demain, nous devons dès aujourd'hui, agir avec force, sans perdre de temps.

D'où ce budget primitif 2019 qui place résolument l'humain au cœur de toutes nos politiques.

Le contexte social dans lequel il intervient s'avère des plus tendus. Le mouvement des "gilets jaunes" en est l'expression la plus tangible et peut-être même, l'une des plus légitimes.

Cette situation est d'autant plus regrettable que les Départements n'ont eu de cesse, dans leur rôle de "sentinelles" des solidarités sociales et territoriales, d'alerter les Gouvernements successifs sur les effets néfastes de certaines politiques recentralisées.

Ces politiques nationales se sont traduites par des décisions prises à PARIS, sans la moindre concertation avec les acteurs locaux, et donc coupées des réalités territoriales.

Des décisions privilégiant le « grand » au détriment de « l'efficient », opposant l'urbain au rural, et ne parvenant pas à concilier les mots "unité" et "singularités".

1. Un budget d'efficacité

Dans ce contexte délicat, nous avons réussi, je crois, à construire un projet de budget efficace et fidèle au pacte financier que nous avons conclu avec les Haut-Rhinois, à travers la feuille de route stratégique adoptée le 1er septembre 2017, lors de mon élection à la présidence de cette assemblée.

La présidente de la commission des Finances, Lara MILLION, vous en dira plus dans quelques instants sur ce budget 2019 qui s'élève au total à près de 780 M€, en progression de 4,8% par rapport au budget précédent.

A ce stade, je tiens surtout à souligner la gestion économe et vertueuse que ce projet met en exergue. Une gestion financière "à l'alsacienne", serais-je tentée de dire.

Je qualifie ainsi un budget qui, pour la troisième année consécutive, est marqué par la stabilité fiscale et par un taux d'impôt désormais commun aux deux Départements alsaciens, qui est le plus bas du Grand Est et parmi les 10 taux les plus faibles de France.

Je qualifie également ainsi un budget qui, malgré cette stabilité fiscale, et en complément d'une dette contenue et d'un emprunt limité, parvient à dégager un montant de 112 M€ pour l'investissement opérationnel, soit une augmentation de 50% d'une année sur l'autre.

Je rappelle qu'il s'agit là d'un montant très important qui profitera, à la fois, à nos grands projets d'avenir et à des équipements de proximité. Un montant qui aura un impact direct sur l'activité économique et donc sur l'emploi.

Enfin, notre projet de budget prévoit également des économies de fonctionnement très conséquentes, qui viennent s'ajouter à celles déjà réalisées durant les trois derniers exercices, notamment dans le domaine des ressources humaines.

Ces performances de gestion sont à mettre au crédit de chacune et de chacun d'entre vous, chers collègues, ainsi qu'à celui de l'ensemble de nos collaboratrices et collaborateurs. Soyez en très chaleureusement remerciés.

Ces indicateurs favorables constituent la condition indispensable pour que puissent être mises en œuvre, les priorités et les nouvelles politiques que je voulais impulser avec vous.

Ces priorités et ces politiques représentent au total, près de 565 M€, toutes dépenses d'investissement et de fonctionnement confondues.

Elles tendent, pour certaines d'entre elles, à faire de chaque Haut-rhinois, un citoyen à part entière. Et pour les autres, à faire de chaque territoire, un champ d'action publique de proximité.

2. Pour une pleine citoyenneté

En ce qui concerne le sentiment de "citoyenneté", il me paraît découler notamment de deux facteurs qui sont bien pris en compte dans ce budget primitif 2019.

Premier facteur de citoyenneté : Il faut que chaque Haut-rhinois soit en mesure de trouver sa place dans notre société

- Parmi eux, il y a d'abord les jeunes. Nous leur faisons totalement confiance et tenons à leur donner toutes les chances de réussite, en accélérant l’année prochaine, la mise en œuvre de notre stratégie PRÊT :

  • Doublement des crédits destinés à la modernisation des collèges,
  • Intensification du renouvellement des équipements informatiques dans les établissements,
  • Lancement de nouvelles actions pour favoriser le bilinguisme,
  • Accueil de jeunes en apprentissage ou en service civique dans notre administration.

- Il y a ensuite les personnes en recherche d’emploi. Notre politique d’insertion mobilise plus de 108 M€, et multiplie les démarches originales, volontaristes et innovantes. Parmi elles, je citerai :

  • L’accompagnement des bénéficiaires du RSA auprès des employeurs, afin de faciliter leur embauche,
  • Mais aussi le dispositif RSA et vendanges dont nous avons pris l’initiative cette année, et qui a permis à 164 bénéficiaires de cumuler leur allocation avec leur salaire de vendangeur.

- Il y a enfin, bien évidemment, les personnes les plus fragiles et les plus vulnérables. Nous leur consacrerons en 2019, près de 273 M€.

Parmi elles, il y a notamment nos aînés à qui nous tenons à prouver notre respect et à garantir leur dignité.

Ce budget 2019 prévoit ainsi un plan d’aide exceptionnel de 8 M€ sur 6 ans pour améliorer la qualité de vie de nos seniors dans les EHPAD, mais aussi pour favoriser leur maintien à domicile. 

Second facteur de citoyenneté : Il faut que chaque Haut-rhinois puisse se déplacer en toute sécurité et communiquer en toute liberté.

- Pour cela, nous allons consacrer plus de 50 M€ aux investissements routiers, soit une augmentation de 36% par rapport au BP 2018, tout en développant les solutions alternatives : itinéraires cyclables et parkings de co-voiturage.

- Nous poursuivrons également le déploiement du réseau Très Haut Débit en apportant notre contribution au programme ambitieux qui concerne 700 communes alsaciennes et qui génère 450 M€ de travaux, ainsi que 500 emplois directs.

3. Pour une action publique de grande proximité

Cette citoyenneté, notre Conseil départemental l'encourage aussi à travers l’accompagnement de nombreux projets lancés dans les territoires.

En effet, notre collectivité ne cesse de démontrer, au fil des années, sa capacité à appréhender les besoins exprimés à l’échelle locale. Ceci, chers collègues, grâce à notre proximité et à notre excellente connaissance de chacun de nos cantons.

C’est pourquoi, nous allons mettre en place une politique de territorialisation performante et ambitieuse, qui concrétisera notre engagement et notre implication dans les territoires.

Ainsi, outre le Fonds de Solidarité Territoriale que nous abondons à hauteur de 1,7M€, nous ouvrons une nouvelle enveloppe d’investissements de proximité de 12 M€ sur trois ans, afin de pouvoir accompagner les projets des communes et intercommunalités désormais organisées en quatre « territoires de vie ».

Nous lançons également un plan important en faveur de la préservation du patrimoine alsacien. Doté de 9 M€ sur dix ans, il permettra de préserver une bonne partie de la mémoire de nos villes et villages. Car il est toujours essentiel de se souvenir d’où l’on vient pour savoir qui l’on est. Et qui l’on veut devenir.

J’ajouterai volontiers à ces investissements de grande proximité, les importants moyens que nous allons consacrer à l’environnement et à la transition énergétique.

Je veux notamment parler des 56 M€ qui seront mobilisés pour l’après-FESSENHEIM et qui traduiront notre volonté déterminée de faire du Haut-Rhin, le premier département à énergie positive.  

Ces crédits très conséquents permettront de prendre en compte les projets en matière de mobilité qui s’intégreront dans cette démarche essentielle, en particulier la liaison ferroviaire COLMAR – FREIBURG.

Ils rendront aussi possible la transition économique et la reconversion énergétique, grâce à la création de centrales solaires, hydrauliques et géothermiques, ainsi que l’aménagement d’une zone d’activité franco-allemande dont le statut spécifique sera acté dans le Traité de l'Elysée.

Conclusion :

Efficacité - Citoyenneté - Proximité : Voilà donc les trois principaux axes stratégiques de notre budget primitif pour 2019.

Ce sont aussi les trois valeurs que les Conseillers départementaux bas-rhinois et haut-rhinois ont posé comme piliers de la future collectivité européenne d'Alsace, le 26 novembre dernier à SELESTAT.

Cette convergence des axes et des valeurs apporte bien la preuve que le Conseil départemental du Haut-Rhin, à travers l’engagement de tous ses élus et de tous ses collaborateurs, s’est résolument mis en marche vers la nouvelle collectivité alsacienne.

L’adhésion pleine et entière des Haut-rhinois à cette démarche ne fait aucun doute.

D’abord, parce qu’elle répond au désir, voire au besoin d’Alsace qu’ils ont très largement exprimé.

Ensuite, et surtout, parce que les valeurs qui fondent nos actions à venir, permettent toutes d’inscrire l'Humain au cœur de nos politiques.

Et donc, de replacer le citoyen au cœur de LA politique.

Je vous remercie.

Je passe la parole à présent à Pierre BIHL, Président du groupe "Unis pour le Haut-Rhin", puis à Nicolas JANDER, président du groupe "UDI et Indépendants"

Nous entrerons ensuite dans l'examen des rapports successifs, avant d'aboutir au vote sur le budget primitif 2019

Par ailleurs, deux motions vous seront soumises. L'une pour le maintien des services hospitaliers d'ALTKIRCH et de THANN, l'autre sur le projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme de la justice.