Séance Plénière du Département : le discours de Brigitte Klinkert

Publié le
mer, 23/10/2019 - 12:15
"Ce n'est pas une séance comme les autres qui nous réunit aujourd'hui. Il s'agit, ni plus ni moins, du tout dernier débat d'Orientations Budgétaires du Conseil départemental du Haut-Rhin. Car dès l'automne prochain, nous serons déjà en projection vers le tout premier budget de la Collectivité Européenne d'Alsace" Lire ci-dessous l'intégralité du discours de Brigitte Klinkert.

J'ai grand plaisir à vous accueillir à l'occasion de cette nouvelle séance publique de notre assemblée.

Son ordre du jour nous conduira, notamment, à aborder deux étapes importantes du processus budgétaire de notre collectivité :

  • L'une portant sur quelques ajustements relatifs au budget 2019,
  • L'autre qui nous conduira d'ores et déjà en direction du budget primitif 2020.

En fait, ce n'est pas une séance comme les autres qui nous réunit aujourd'hui. Il s'agit, ni plus ni moins, du tout dernier débat d'Orientations Budgétaires du Conseil départemental du Haut-Rhin. Car dès l'automne prochain, nous serons déjà en projection vers le tout premier budget de la Collectivité Européenne d'Alsace.

Alors bien-sûr, j'éprouve une certaine émotion à prononcer ces paroles. Et vous éprouvez sans doute, chers collègues, une certaine émotion à les entendre.

Nous sommes quelques-uns, en effet, à être présents dans cette assemblée depuis plusieurs mandats. Et nous sommes surtout, nous toutes et nous tous, sincèrement, énergiquement, profondément, passionnément engagés, depuis quatre ans et demi, dans le développement de notre département du Haut-Rhin, et dans la satisfaction des besoins, tant de nos concitoyens que de nos territoires.

De l'émotion, oui, sans doute. Celle que l'on ressent tout naturellement après avoir accompli son devoir avec détermination et conviction.

Mais pour autant, aucune nostalgie, ni la moindre mélancolie dans mes propos. Car nous le savons, une belle aventure nous attend, chers collègues.

 

Une nouvelle aventure passionnante, excitante, exaltante. A la hauteur peut-être de celle vécue par nos prédécesseurs, au moment de la décentralisation des années 1982-1983.

Oui, on est forcément très motivé à l'idée de mettre en œuvre une loi spécialement élaborée et très largement adoptée au Parlement, pour que l'Alsace devienne l'une des rares collectivités françaises bénéficiant d'un statut spécifiquement adapté à sa situation. Un statut "cousu main" pour reprendre les termes du Premier Ministre.

Oui, on est forcément enthousiaste à l'idée de construire une collectivité unique dans son genre, qui sera de surcroît dotée de nouvelles compétences stratégiques. Une nouvelle collectivité qui a été au centre de nombreuses discussions, la semaine dernière, lors du Congrès de l'Assemblée des Départements de France à BOURGES, où j'ai eu l'honneur de vous représenter en compagnie de Rémy WITH, de Michel HABIG, d'Alain GRAPPE et de Karine PAGLIARULO.

Alors oui, nous avons toutes les raisons d'aborder ce virage déterminant vers la Collectivité Européenne d'Alsace, en toute sérénité et avec beaucoup d'entrain :

  • D'abord, parce que nous savons que nous bénéficions du soutien massif des Alsaciennes et des Alsaciens. Le succès considérable qu'a connu le stand commun Haut-Rhin - Bas-Rhin aux récentes "Journées d'Octobre" de MULHOUSE, en est un excellent révélateur et une très belle illustration.
  • Ensuite, parce que cela fait plusieurs mois que nous sommes en ordre de marche, tous ensemble, pour relever ce défi important. A l'échelle des élus, grâce notamment aux réunions régulières de notre comité politique interdépartemental, dont la plus récente s'est d'ailleurs tenue ce samedi dans ces locaux. Mais aussi à l'échelle de nos deux administrations qui multiplient les démarches de mises en convergence de nos actions et de nos organisations respectives.
  • Enfin et surtout, parce que nous avons collectivement, chers collègues, une très grande confiance en ce modèle de gestion que nous avons initié dès le début de notre mandat, sous la présidence d'Eric STRAUMANN, et que nous avons ensuite, tous ensemble, progressivement mis en place, renforcé et concrétisé. Un modèle de gestion que nous allons encore peaufiner durant l'exercice budgétaire 2020, afin de pouvoir le transposer à la future collectivité dès l'année suivante.

Ce modèle de gestion, c'est celui que nous appelons un "modèle de gestion à l'alsacienne". Il est fait, à la fois, d'un souci de rigueur et de réalisme, d'une envie d'excellence et de pragmatisme, d'un besoin de progrès et de dynamisme.

C'est un modèle de gestion vertueux et ambitieux qui recueille donc l'adhésion de nos concitoyens. Il les rassemble parce qu'il leur ressemble. Et parce qu'il répond à leur attente d'un service public de grande proximité et de haute qualité. Un service public permettant à chaque Haut-Rhinoise, à chaque Haut-Rhinois, de se sentir pleinement citoyenne, pleinement citoyen. Et à chacun de nos territoires, de se savoir pleinement reconnu et soutenu.

Un service public dont les Départements sont très fiers d'être les défenseurs. Un service public au nom duquel ils ont unanimement revendiqué à BOURGES, le respect par l'Etat de leur autonomie financière, ainsi que des moyens à la hauteur de leur fort engagement dans le développement des territoires et dans l'épanouissement des personnes.

Un service public dont j'ai moi-même défendu la vocation profonde sur la chaîne Public Sénat, en rappelant que les Départements étaient avec les communes, les collectivités historiquement les plus connectées au quotidien des citoyens :

  • Parce qu'ils les accompagnent du berceau jusqu'au 3ème, voire jusqu'au 4ème âge.
  • Parce qu'ils tissent chaque jour du lien social, y compris dans les territoires injustement considérés comme "reculés" ou auprès des Français injustement oubliés par la République.
  • Parce que nos collectivités incarnent tout simplement, ce que nos concitoyens revendiquent le plus, c'est à dire de la proximité et de la solidarité.

Oui, le modèle de gestion à l'alsacienne inspire largement les Orientations Budgétaires 2020 que nous allons débattre ce matin.

Et il les imprègne en profondeur des précieuses valeurs d'efficacité, de proximité et de citoyenneté. Des valeurs que nous avons justement choisies comme principes fondateurs de la Collectivité Européenne d'Alsace.

  • Efficacité, grâce au "pacte" budgétaire que nous avons conclu avec les Haut-Rhinois et que nous renouvelons pour 2020, malgré un contexte économique et social encore dégradé. Ce pacte est essentiel à mes yeux. Il se traduira à nouveau, l'an prochain :

-Par la non augmentation des impôts,

-Par la poursuite inlassable de la maîtrise des dépenses courantes de fonctionnement, ainsi que de la dette,

-Par le maintien d'un bon niveau d'autofinancement,

-Et par une nouvelle progression des investissements qui seront ainsi portés à 120 M€ contre un peu moins de 74 M€ en 2015.

  • Proximité, à travers nos nombreuses actions et interventions destinées à favoriser l'attractivité de nos territoires, elle-même source de développement économique et de meilleure qualité de vie pour leurs habitants.

Traduisent en particulier cette préoccupation forte :

 -Les montants importants consacrés à notre politique de développement territorial,

-L'augmentation conséquente de nos crédits dédiés à la sécurité routière,

-L'accélération de la mise en œuvre de notre Plan Patrimoine qui verra son fonds de 9 M€ être programmé sur 3 ans, au lieu des 9 ans initialement prévus,

-Et l'enveloppe globale de 56 M€ d'ores et déjà mobilisée pour le projet de territoire de FESSENHEIM.

  • Citoyenneté, enfin, grâce à cet ensemble de politiques qui nous permettent d'aider chaque Haut-Rhinois à trouver sa place dans notre société.

Il y a d'abord les personnes en recherche d'emploi, l'emploi qui reste une priorité centrale.

Nous restons donc actifs sur tous les fronts de l'insertion, en particulier à travers nos dispositifs qui font désormais référence à l'échelle nationale (RSA et bénévolat, RSA et vendanges, RSA et juste droit), qui nous permettent d'enregistrer une baisse constante du nombre d'allocataires, et donc une réduction de la dépense correspondante.

Il y a aussi les personnes les plus fragiles et les plus vulnérables. Parmi elles :

- Nos aînés qui bénéficieront de la mise en œuvre du Plan Senior doté de 14 M€ sur 6 ans,

- Les personnes en situation de handicap dont la prise en compte s'inscrit de façon transversale dans toutes nos politiques,

- Et la petite enfance, avec cette nécessité impérieuse de faire face à une évolution sans précédent du nombre d'enfants suivis ou confiés. Une augmentation à laquelle j'ai sensibilisé avec Josiane MEHLEN, le Secrétaire d'Etat Adrien TAQUET, lors de notre rencontre à PARIS, le 23 septembre dernier, quelques jours avant qu'il ne dévoile la nouvelle "stratégie nationale de protection de l'enfance".

Il y a enfin nos jeunes à qui nous voulons donner toutes les chances de réussite, en accélérant l'exécution de notre Plan Collège et de notre stratégie PRÊT. Ce qui devrait se traduire, si vous en êtes d'accord, par une augmentation de 10,4 M€ des crédits qui leurs seront consacrés en 2020.

Vous le constatez, chers collègues, ces Orientations Budgétaires 2020 traduisent bel et bien notre double volonté :

  • De continuer à mettre en œuvre, de façon fidèle, la feuille de route stratégique que nous avons adoptée lors de mon accession à la présidence de cette assemblée, le 1er septembre 2017,
  • Et de jeter résolument les ponts en direction de la Collectivité Européenne d'Alsace qui, j'en suis convaincue, poursuivra notre action avec le même sens des responsabilités, le même niveau d'exigence et la même ambition. Car ce sont là des valeurs profondément alsaciennes.

Pour l'aboutissement réussi de cette double volonté, je tiens à remercier très chaleureusement :

  • Notre présidente de la Commission des Finances, Lara MILLION,
  • Chacune et chacun d'entre vous, et en particulier Rémy WITH, notre Premier Vice-Président, les Vice-Présidents et Présidents de Commission, qui nous avez accompagnés dans l'élaboration de ces Orientations Budgétaires,
  • Mais aussi, notre Direction Générale, nos directeurs et chefs de service, nos équipes de la Direction des Finances avec à leur tête, Vincent BETTER, le Directeur des Finances commun aux Départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, ainsi que l'ensemble de nos collaboratrices et de nos collaborateurs pour leur précieuse contribution.

D'autres rapports inscrits à l'ordre du jour de cette séance méritent notre attention.

  • Il y a notamment celui qui confirme notre soutien à la restauration et à la reconstruction de Notre-Dame de PARIS. Il nous permettra de participer à l'élan de solidarité nationale, mais également de promouvoir les métiers d'art et le compagnonnage en Alsace, notamment en valorisant ceux qui contribuent à leur noblesse, à savoir les Compagnons du Devoir. Il vous en sera dit davantage en cours de séance.
  • Il y a également le rapport par lequel notre collectivité sollicite l'obtention du label "Terre de Jeux 2024", en lien avec les Jeux Olympiques qui seront organisés en France. Le cas échéant, il s'agira de développer un projet sportif innovant, en concertation avec le Conseil départemental du Bas-Rhin, au nom de la Collectivité Européenne d'Alsace. Il comprendra notamment des mesures fortes pour la pratique du sport féminin et pour le handisport.

J'en ai échangé à BOURGES avec le Président du Comité d'organisation des JO de PARIS, Tony ESTANGUET. Nous serons ainsi l'un des premiers départements de France à obtenir ce label "Terre de Jeux 2024".

  • Il y a aussi le soutien de 1 M€ apporté à Mulhouse Alsace Agglomération pour la réalisation de son projet "Horizon Afrique" au Parc zoologique et botanique de MULHOUSE. Celui-ci constituera en effet un atout de poids pour l'attractivité du territoire mulhousien et pour le rayonnement touristique de l'Alsace.
  • Il y a enfin les deux rapports relatifs aux dotations de fonctionnement que le Département versera pour 2020 aux collèges publics et privés haut-rhinois. Voilà 14,3 M€ qui illustrent avec force notre engagement dans la stratégie "Pour la Réussite Educative de Tous".

Pour conclure mon propos, permettez-moi de revenir une dernière fois sur le Congrès de l'Assemblée des Départements de France.

A aucun moment, les Départements n'y ont eu l'intention de se plaindre. Ils ont juste demandé à ce qu'on leur fasse CONFIANCE.

Cette confiance dont j'ai précisément eu la chance de pouvoir bénéficier de la part du Gouvernement, lors des démarches engagées pour la création de la Collectivité Européenne d'Alsace.

Une confiance qui m'a confirmé que toute relation empreinte d'une sincère volonté de co-construction pouvait permettre de déplacer des montagnes...ou de franchir des fleuves.

Cette confiance, c'est aussi celle que vous m'avez accordée, chers collègues, afin de mener à bien un projet essentiel pour l'avenir de l'Alsace.

Une confiance qui s'est transformée au fil des mois, en un soutien indéfectible de votre part, et pour lequel je tiens à vous remercier très sincèrement et très chaleureusement.

Sachez que votre soutien est pour moi un facteur de grande responsabilité, voire même parfois de pression. Mais aussi et surtout, une énorme source de fierté, celle de me trouver à la tête de cette collectivité à un moment aussi décisif de son histoire et de celle de l'Alsace.

Grand merci à notre Premier Vice-Président Rémy WITH pour sa fidèle présence à mes côtés, ainsi qu'à l'ensemble des Vice-Présidents de cette assemblée dont je connais et apprécie à sa juste valeur, l'intensité de l'engagement.

Grand merci également à nos Présidents de Commissions dont le travail admirable, en étroite relation avec nos services, permet de concilier notre promesse d'agir au quotidien pour tous les Haut-Rhinois, avec celle de respecter le pacte budgétaire que nous avons conclu avec ces derniers.

Grand merci enfin à vous toutes et à vous tous, chers collègues, pour votre implication sans compter dans vos territoires respectifs, mais aussi pour votre sens aigu de l'intérêt départemental et pour votre volonté partagée de faire gagner l'Alsace. 

Nous savons qu'il reste du chemin à parcourir pour faire face à tous nos défis d'aujourd'hui et de demain. Mais quels qu'ils soient, nous les relèverons. Parce que tout simplement, nous croyons dur comme fer en nos projets.

Je vous remercie de votre attention.