Séance Plénière du Conseil départemental du Haut-Rhin : le discours de Rémy With

Publié le
ven, 06/12/2019 - 11:30
En l'absence de Brigitte Klinkert en déplacement à Berlin pour promouvoir le Département dans le cadre de l'après-Fessenheim, Rémy With, 1er Vice-Président du Conseil départemental du Haut-Rhin, a présidé ce jour la séance Plénière du Conseil départemental du Haut-Rhin. Lire ci-dessous son discours.

Chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

Je vous souhaite la bienvenue à cette séance publique qui s'annonce certes brève, mais importante, puisque à travers le vote de la DM3, elle s'inscrit tout naturellement dans le processus budgétaire de notre collectivité

Je tiens à excuser l'absence de la Présidente Brigitte KLINKERT qui est en déplacement à Berlin afin d’y promouvoir notre territoire dans le cadre de l’après-Fessenheim, et qui m'a donc confié le soin d'assurer la présidence de cette séance.

Pour débuter ma courte intervention introductive, permettez-moi d'évoquer deux faits d'actualité qui nous ont particulièrement marqués durant les derniers jours et qui ont provoqué en nous, des émotions totalement opposées

Il y eut d'abord cette profonde tristesse suite à la disparition tragique de treize de nos valeureux soldats au Mali, parmi lesquels le fils du Sénateur Jean-Marie BOCKEL.

J'aurai l'honneur de vous représenter à la cérémonie qui aura lieu cet après-midi en l'église Sainte-Marie de Mulhouse.

Je tiens cependant d'ores et déjà à exprimer, en votre nom, chers collègues, toute notre compassion et tout notre soutien à Jean-Marie BOCKEL, à son épouse et à l'ensemble de ses proches, afin de les aider à surmonter ces instants si douloureux.

Nos pensées vont aussi à la famille DENIS de Thann qui a perdu lors de ce tragique accident d'hélicoptère, un petit-fils, un neveu, un cousin, en la personne du maréchal des logis-chef Jérémy LEUSIE.

Je vous propose d’observer une minute de silence en hommage à ces treize militaires morts pour la France.

A la tristesse a succédé mardi une grande colère, celle que nous avons toutes et tous ressentie face à l'ignoble profanation d'une centaine de tombes au cimetière israélite de Westhoffen.

Les mots manquent pour exprimer le profond dégoût que nous inspirent des actes aussi abjects.

En revanche, ils viennent rapidement à l'esprit lorsqu'il s'agit de condamner ces actes, et surtout, de témoigner de notre indéfectible détermination à les combattre. Par l'éducation, par la solidarité, par l'engagement et par la conscience citoyenne. Ce sont là les vraies valeurs de l'Alsace. Les valeurs que nous tenons à faire partager par l'ensemble de nos concitoyens.

L'Alsace, justement, parlons-en. Celle que nous voulons construire pour demain à travers la Collectivité Européenne d'Alsace, se trouve sur de très bons rails.

Madame la Présidente en dira davantage lors de la séance publique qui aura lieu dès vendredi prochain, et au cours de laquelle nous examinerons ensemble le dernier budget primitif du Conseil départemental du Haut-Rhin.

Sachez cependant que les démarches de mises en convergence de nos politiques se poursuivent activement avec nos amis du Conseil départemental du Bas-Rhin, tant au niveau politique qu'à l'échelle de nos services respectifs.

J'en profite pour remercier l'ensemble de nos collaborateurs pour leur implication sans faille dans cet important processus de rapprochement, tout en assurant avec leur engagement habituel, leurs missions au service des Haut-Rhinois.

Nous devons cependant rester vigilants et attentifs à chaque instant. Ainsi, nous ne pouvons accepter l'évolution annoncée des prérogatives du Rectorat de Strasbourg. C'est pourquoi, je vous proposerai dans quelques instants, d'adopter une motion soumise en termes identiques à nos collègues bas-rhinois, afin de faire connaître notre désapprobation au Gouvernement.