Séance Plénière, "Pour une action toujours plus efficace"

Publié le
ven, 26/01/2018 - 10:15
Brigitte Klinkert, dans son discours d'ouverture à la séance plénière du 26 janvier, a salué chaleureusement l'arrivée du nouveau conseiller départemental du canton de Cernay, Pascal Ferrari, suite au départ de Raphaël Schellenberger, conformément à la loi de non cumul des mandats. Elle a également souligné l'instauration de la fonction de "conseillers délégués" au sein de nos commissions thématiques. " C'est en augmentant notre capacité à appréhender nos compétences (…) que nous trouverons de nouvelles marges de manœuvre financières et que nous renforcerons encore davantage, l'efficacité de nos politiques" a déclaré la Présidente.

Comme vous le savez, nous sommes aujourd’hui avant tout réunis pour faire suite au départ de Raphaël SCHELLENBERGER, et pour adapter notre organisation à l'arrivée du nouveau conseiller départemental du canton de CERNAY, aux côtés d’Annick LUTTENBACHER, à savoir Pascal FERRARI.

Bien au-delà des considérations légales et réglementaires qui motivent notre réunion de ce jour, je tiens avant tout, en votre nom à toutes et à tous, à accueillir très chaleureusement notre nouveau collègue, et lui exprimer notre grande impatience à travailler avec lui pour le développement de notre département.

Nous pourrons compter sur ses qualités opérationnelles en tant que chef d’entreprise dans le domaine du multimédia, et son activité en tant que directeur d’une web-télévision appréciée dans tout le territoire THUR-DOLLER.

Il ajoute à cette expérience professionnelle, celle d’un élu de terrain, forcément très sensible aux préoccupations quotidiennes de ses concitoyens, en sa qualité de 1er adjoint au maire de BITSCHWILLER-LES-THANN.

Une très cordiale et très chaleureuse bienvenue à toi, cher Pascal. Tu peux compter sur moi, ainsi que sur tous nos collègues et collaborateurs, pour faciliter ton intégration au sein de notre collectivité. Tu le sais, nous avons des défis enthousiasmants à relever tous ensemble.

Outre les décisions "obligatoires" que nous avons à prendre dans le cadre de l’arrivée de Pascal FERRARI, j'ai souhaité vous soumettre aujourd'hui un rapport auquel je suis tout particulièrement sensible, car il s’inscrit dans l’état d’esprit de notre feuille de route.

Il s’agit du rapport portant modification du règlement intérieur de notre assemblée, et instaurant la fonction de "conseiller délégué" au sein de nos commissions thématiques.

Il s'agit là de transposer dans notre organisation et dans notre fonctionnement, trois des engagements forts que nous avons pris le 1er septembre dernier, à savoir :

- Premièrement, une affirmation renforcée de la collégialité dans l'adoption de nos décisions,

- Deuxièmement, une approche plus transversale de nos différentes politiques,

- Et troisièmement, une meilleure mise en valeur de certaines de nos priorités absolues, parmi lesquelles le développement de l'emploi, la réussite éducative de notre jeunesse, la solidarité avec les plus fragiles d'entre nous, et le développement durable de nos territoires.

Je sais pouvoir compter sur l'engagement de chacun des collègues désignés, pour prendre rapidement la mesure de ces importants enjeux, et pour veiller, en étroite relation avec l'exécutif départemental et les présidents des commissions, à l'émergence des nécessaires complémentarités et synergies entre nos actions présentes et à venir.

C'est en augmentant notre capacité à appréhender nos compétences, à la fois, de façon verticale ET horizontale, que nous trouverons de nouvelles marges de manœuvre financières et que nous renforcerons encore davantage, l'efficacité de nos politiques.

Cet engagement constitue une partie essentielle du pacte budgétaire et opérationnel que nous avons conclu avec les Haut-rhinoises et les Haut-rhinois. Nous nous mettons aujourd'hui, encore un peu plus, en ordre de marche pour le respecter.

C’est dans ce même état d’esprit que je souhaite à présent vous faire un rapide retour sur la visite du Secrétaire d'Etat en charge de la Transition Ecologique, dans le cadre du dossier FESSENHEIM.

Je tiens d'abord à saluer l'esprit d'ouverture et de dialogue qui a animé Monsieur Sébastien LECORNU pendant les trois jours de sa présence dans le Haut-Rhin.

J'ai ainsi été en mesure de lui faire part, avec notre collègue Michel HABIG, de notre volonté de voir la fermeture de la centrale être reportée à l'automne 2021.

Puis, je lui ai rappelé notre profond attachement à la mise en œuvre d'un "plan d'actions pour la transition énergétique et économique du bassin de vie" qui aurait la valeur d'un véritable pacte entre les collectivités locales et l'Etat.

Un pacte qui, à mes yeux, serait seul de nature à traduire la volonté du Président de la République de mener à FESSENHEIM, une transition dite « exemplaire ».

Ce plan auquel ont souscrit les 17 élus nationaux et locaux concernés par ce dossier, a fait l'objet d'un document qui aborde toutes les dimensions de la problématique, et qui a été remis au Secrétaire d'Etat lors de l'installation du comité de pilotage, en Préfecture de COLMAR.

Ce document auquel notre collectivité a contribué de façon déterminante, sera affiné avec tous les acteurs dans les prochaines semaines.

En attendant la prochaine visite du Secrétaire d’Etat programmée à la mi-avril, je reste évidemment avec vous, extrêmement vigilante sur toute évolution de ce dossier si essentiel et si sensible, à travers ses enjeux déterminants en matière économique, sociale et environnementale.

Enfin, avant de passer à l'ordre du jour de cette séance, permettez-moi de vous dire quelques mots concernant le dossier Alsace.

Comme vous le savez, j'ai été reçue la semaine dernière, en compagnie de Frédéric BIERRY, par le Président du Sénat, Gérard LARCHER.

Nos échanges sur la création d'une future collectivité à statut particulier pouvant constituer un territoire d'expérimentation à l'échelle française et européenne, ont été très fructueux.

Ils ont notamment porté sur la possible concrétisation législative d'un tel projet, et se poursuivront avec les plus proches collaborateurs du Président LARCHER.

Dans cette même perspective d’échange au plus haut niveau de l’Etat, pour trouver le consensus le plus fort sur un projet destiné à redonner à l’Alsace la maîtrise de son destin, je rencontrerai avec Frédéric BIERRY, le 30 janvier prochain, le Président de l'Assemblée Nationale, François de RUGY.